L’autonomie de Renault ZOE

Publié par le 28.12.2020 - 4 min

Véhicule électrique le plus vendu en Europe en 2020, la Renault ZOE a bénéficié en 2019 d’une nouvelle version. Dans ce modèle, l’intégration d’une batterie de plus large capacité a encore accru l’autonomie du véhicule électrique, pour des trajets toujours plus longs sans recharge.

Comment calculer l’autonomie de votre Renault ZOE ?

La donnée la plus importante à connaître pour calculer l’autonomie d’une Renault ZOE est la capacité de la batterie lithium-ion intégrée au véhicule électrique. Le nombre de kilowattheures définit la réserve d’énergie nécessaire au fonctionnement du moteur de Renault ZOE et des équipements d’une voiture de ce type.

L’autonomie d’une Renault ZOE se calcule donc en fonction du type de batterie embarquée : sur la Nouvelle Renault ZOE, la capacité de la batterie Z.E. 50 est de 52 kilowattheures, contre 41 kilowattheures pour une ZOE d’ancienne génération (à moteur R75/R90/R110 et Q90) ou 22 kilowattheures pour les premières versions (R240 et Q210).

En plus de cette quantité d’électricité, l’autonomie d’une Renault ZOE dépend de la conduite et du climat. En privilégiant les freinages progressifs et les ralentissements en douceur, l’énergie cinétique récupérée sera convertie en autonomie supplémentaire.

Autonomie de Renault ZOE en hiver

L’autonomie d’un véhicule électrique varie également en fonction de la température ambiante. En plein été, elle peut diminuer de 5 %, à cause de l’emploi de la climatisation. L’autonomie hivernale de la voiture électrique est quant à elle égale à 240 kilomètres en WLTP sur Renault ZOE par exemple, soit environ 40 % de moins qu’en saison tempérée.

Plusieurs astuces permettent cependant de tenir le froid à distance du véhicule électrique. Le pré-conditionnement pour chauffer la voiture avant le départ est la première d’entre elles. Adopter une conduite souple, et ce en toute saison, diminue également l’impact des variations météo !

RENAULT ZOE hiver

Autonomie ZOE : cycle WLTP vs autonomie réelle

Remplaçant le test NEDC, le cycle WLTP est une procédure qui permet de mesurer l’autonomie, la consommation et les émissions d’un véhicule. L’acronyme désigne le Worldwide Harmonized Light vehicles Test Procedure ou « procédure d’essai mondiale harmonisée pour les voitures particulières et véhicules utilitaires légers ». Il consiste à conduire un véhicule à différents régimes moteur et vitesse. La norme WLTP tend à s’approcher des conditions réelles d’utilisation du véhicule en se basant notamment sur les contraintes d’équipements et de poids pour fournir une mesure d’autonomie cohérente.

Si auparavant, il existait une vraie différence entre autonomie NEDC et autonomie réelle (entre 30 % et 50 % d’autonomie supposée disparaissait en circulation), le cycle WLTP permet désormais d’avoir une idée bien plus précise du nombre de kilomètres parcourus en une seule recharge de la voiture électrique , avec rarement plus de 20 % d’écart supposé.

L’autonomie WLTP annoncée par les constructeurs correspond au cycle mixte normalisé, qui comprend 57 % de trajets urbains, 25 % de trajets périurbains et 18 % de trajets sur autoroute. Ce chiffre représente donc une moyenne pondérée par les usages les plus récurrents des automobiles.

La partie citadine du cycle, ou WLTP City, permet d’avoir une appréciation de l’autonomie lors de l’usage le plus répandu des véhicules électriques, c’est-à-dire pour des déplacements urbains et péri-urbains.

compteur eco zoe

Différence d’autonomie entre les différentes générations de Renault ZOE

Selon la norme WLTP, l’efficience en autonomie de Renault ZOE s’élève aujourd’hui à 395 kilomètres en WLTP* lors des périodes tempérées, que ce soit pour les modèles équipés du moteur R110 ou du moteur R135. Ce chiffre est supérieur à celui affiché par les générations précédentes du modèle : les batteries 41 kilowattheures permettaient, elles, de réaliser des trajets maximums compris entre 280 et 300 kilomètres avec une seule recharge.

Autonomie de Renault ZOE sur autoroute

Le comportement routier détermine l’autonomie de la batterie d’un véhicule électrique, en particulier l’utilisation de la puissance du moteur à haut régime. L’autonomie d’une Renault ZOE sur autoroute, par température clémente, est ainsi diminuée par rapport à un usage mixte. En restant à 130 km/h de moyenne, il est possible de parcourir environ 215 kilomètres. En réduisant la vitesse moyenne autour de 110 kilomètres/heure, le rayon d’action du véhicule augmente, atteignant 250 kilomètres avec une seule recharge.

Renault zoe blanche branché à une station de recharge EV Link

Comment augmenter l’autonomie d’une ZOE ?

L’autonomie de Renault ZOE peut augmenter en pratiquant l’écoconduite, à la fois écologique et économique. Réduire sa vitesse sur route et autoroute, anticiper les freinages pour permettre à l’énergie cinétique du ralentissement d’être récupérée, préconditionner l’habitacle à la bonne température quand la voiture est encore en charge, favorisent la sobriété énergétique. Les différents modes de conduite que peut choisir l’automobiliste influent également sur le rayon d’action.

En mode ÉCO, par exemple, certaines fonctions du véhicule, comme le chauffage ou les accélérations, sont modérées. Le mode ÉCO permet un gain de 10 % d’autonomie en moyenne – en fonction de la topographie du trajet. Le mode B active, lui, la « décélération accentuée », dans lequel le frein moteur est privilégié par rapport au système de freinage mécanique. Lorsque le conducteur relâche la pédale d’accélérateur, Renault ZOE décélère avec fluidité. L’inertie produite entraîne la récupération d’énergie cinétique transformée en électricité. Cette pratique accroît alors l’autonomie et assure un excellent confort de conduite.

L’autonomie de Renault ZOE bénéficie de ces innovations et donc de performances accrues en matière de sobriété énergétique. Ce rayon d’action, synonyme de praticité, écrit une nouvelle page de la mobilité électrique pour tous !

 

 

* Les valeurs de durée et de distance évoquées ici sont calculées à partir des résultats obtenus par Nouvelle ZOE lors de la procédure d’homologation WLTP (Worldwide Harmonized Light vehicles Test Procedure, cycle normalisé : 57 % de trajets urbains, 25 % de trajets péri-urbains, 18 % de trajets sur autoroute), qui vise à représenter les conditions d’usage réelles des véhicules. Elles ne présument cependant pas du type de trajet choisi après la recharge. Le temps de recharge et l’autonomie récupérée dépendent aussi de la température, de l’usure de la batterie, de la puissance délivrée par la borne, du style de conduite et du niveau de charge.

Copyrights : Groupe Renault