5 idées reçues sur le véhicule électrique

Publié par le 25.10.2018 - 5 min

Conduite simplifiée, zéro nuisance sonore, bilan carbone réduit... Les avantages de la voiture électrique sont nombreux. Pourtant, les préjugés sur ce mode de transport ont la dent dure. Voici une liste, non exhaustive, de ces contre-vérités qui continuent à coller à la carrosserie des véhicules électriques.

Idée reçue #1

Une voiture hybride et une voiture électrique, c’est la même chose

L’électrique et l’hybride : deux modes de fonctionnement distincts

Le premier ne possède ni réservoir ni moteur à combustion mais un moteur électrique ainsi qu’une batterie en association. La voiture hybride, quant à elle, possède un moteur essence ou diesel avec en complément un petit moteur électrique et une batterie. Ces derniers favorisent la récupération de l’énergie cinétique engendrée par la décélération ou le freinage afin de la transformer en électricité. L’énergie recueillie est ensuite utilisée en mode électrique, notamment dans les zones à vitesse peu élevée.

De nombreux préjugés existent toujours concernant les véhicules électriques

Idée reçue #2

Une voiture électrique, c’est cher

Des budgets entretien et énergie moins élevés

L’acquisition d’un véhicule électrique abaisse le coût du budget entretien

Le coût à l’achat est parfois plus élevé pour le modèle électrique, mais les incitations fiscales visant à améliorer la qualité de l’air facilitent l’accès à ce type de modèles pour les automobilistes. Les budgets entretien et énergie d’un véhicule électrique sont ensuite moins élevés que ceux d’une voiture traditionnelle.

Idée reçue #3

Une voiture électrique, c’est trop silencieux, donc dangereux

Des bruits de moteurs artificiels

Silencieux par nature, les véhicules électriques peuvent surprendre les piétons, encore peu habitués à leur présence dans l’environnement urbain. La réglementation imposera à tous les constructeurs de développer un bruit de moteur « artificiel » pour l’ensemble de leurs modèles électriques à partir de 2019. D’ores et déjà, les véhicules électriques Renault émettent un léger son à faible vitesse, suffisant pour avertir les piétons qui voudraient traverser la route de façon inopinée.

Écoutez les sons du moteur de Renault ZOE

Idée reçue #4

Recharger une voiture électrique, c’est compliqué

Des infrastructures de recharge en plein développement

Renault Zoe console centrale écran média climatisation
L’application Z.E. trip sur R-LINK

Il y encore quelques années, les bornes de recharge étaient peu nombreuses et difficiles à localiser.

Aujourd’hui, plus de 131 000 bornes sont mises à disposition des conducteurs de véhicules électriques en Europe. L’application Z.E. Trip, associée au système de navigation R-LINK, permet de localiser et de sélectionner les points de recharge sur un itinéraire pour s’y rendre facilement, et l’application smartphone Z.E. Pass simplifie le paiement de la recharge quelle que soit la borne.

Idée reçue #5

La voiture électrique n’est faite que pour la ville

Batteries : une autonomie et des temps de recharge améliorés

ZE Pass borne de recharge voiture électrique
Z.E. Pass

La voiture électrique est souvent considérée comme un véhicule exclusivement citadin non adapté aux longs trajets ; supposément en raison de son manque d’autonomie et de l’insuffisance des infrastructures de recharge. Pourtant, les capacités des batteries sont de plus en plus élevées et certaines voitures électriques comme la ZOE sont capables d’accomplir plus de 300 km en usage réel.

Aussi, si les premières voitures électriques nécessitaient toute une nuit de recharge, il est désormais possible de choisir entre une recharge lente, rapide ou accélérée. Les bornes de charge rapide étant principalement situées sur les grands axes routiers, il suffit d’une courte pause à la sortie de la ville pour assurer un long trajet en toute sérénité.

Articles les plus lus