Tout comprendre à l’autopartage

Publié par le 27.06.2018 - 3 min

De plus en plus populaires, de plus en plus complémentaires, l’électrique et l’autopartage préfigurent une nouvelle manière de se déplacer. Une double révolution qui ne fait que commencer. Décryptage.

Comment expliquer que voiture électrique et autopartage aillent si bien ensemble ? Quel que soit le pays, le constat est frappant. En Europe comme ailleurs, leur popularité est croissante et conjointe, tel un partenariat gagnant-gagnant. Certes, ces approches innovantes attirent les conducteurs les plus sensibles à la question écologique. Qu’il s’agisse de la mise en commun d’un ou plusieurs véhicules ou d’une conduite 100 % électrique, ces deux solutions participent grandement à une mobilité plus durable.

Mais cette qualité commune n’explique pas à elle seule une telle réussite et l’avantage économique de l’autopartage ne saurait être occulté. Opter pour l’autopartage, c’est la garantie de se déplacer en voiture, sans pour autant assumer les coûts d’entretien, de réparation ou encore de stationnement inhérents à la possession d’un véhicule personnel !

L’essor de l’autopartage et de l’électrique

En l’espace d’une décennie, les services d’autopartage comme le secteur de la voiture électrique se sont imposés comme des activités économiques majeures. Quelques chiffres pour s’en convaincre. Le marché de l’autopartage devrait connaître une progression de 80 % ces prochaines années au point d’atteindre, d’ici 2021, 35 millions d’utilisateurs européens. De même, l’ensemble des experts s’accordent à dire qu’en 2030, une voiture vendue sur trois sera électrifiée. Des prévisions qui annoncent un changement culturel profond dans notre manière de nous déplacer.

Autopartage et véhicule électrique, le couple idéal

Station de recharge Renault Zoe voiture électrique

Les raisons de cet engouement sont multiples et font de la voiture électrique le pendant naturel de l’autopartage. La nature de nos déplacements apporte une première explication : nous roulons, le plus souvent, sur de courtes distances. À titre d’exemple, à Londres, 90 % des trajets en voiture font moins de 10 kilomètres. Or, l’usage d’une voiture en libre-service, disponible à tout moment et sans réservation, est idéal pour ce type de besoin. Dans ce contexte, la voiture électrique présente bien des avantages.

Le succès connu en France par l’opérateur d’autopartage Renault Mobility en témoigne. Réputée pour sa simplicité d’utilisation (connectivité, prise de possession « sans guichet » et facilité de conduite), la voiture électrique est un gage de confort et de sécurité pour chaque nouveau conducteur. Mais surtout, l’utilisateur n’a pas besoin de faire le plein avant sa restitution, puisque le véhicule se recharge entre deux utilisations.

Un service de proximité encouragé

Autre point important, la grande majorité des trajets en autopartage ne peuvent se faire qu’en voiture électrique. Dans les mégalopoles soucieuses de la qualité de l’air comme Londres, Tokyo ou encore Berlin, les services d’autopartage électriques sont en plein développement. Preuve du dynamisme de ce secteur, une offre d’autopartage avec des Renault ZOE sera mise en place prochainement, à Bologne alors que la citadine électrique française est déjà proposée en autopartage dans des villes comme Milan, Padoue, Palerme ou Naples, pour ne citer que l’Italie.

Levier de mutualisation et d’optimisation des véhicules, les services d’autopartage sont de plus en plus utilisés par les entreprises à destination de leurs collaborateurs. Mais celles-ci y voient également un moyen de fournir un service supplémentaire à leurs clients. C’est le cas de Renault Mobility qui fournit un service de véhicules en autopartage à Ikea France.

Cette mobilisation de tous les acteurs pour répondre aux nombreux défis de la mobilité a pour effet de booster le déploiement de l’infrastructure publique. Réseaux de bornes de recharge et services d’autopartage se densifient. Et cette dynamique n’est pas prête de s’arrêter. Alors qu’en 2050, 70 % de la population mondiale vivra en ville, on mesure d’ores et déjà l’impact de l’autopartage électrique dans le futur.

Articles les plus lus