« La voiture électrique, idéale en VTC »

Publié par le 12.11.2019 - 3 min

Chauffeur du service parisien de VTC « Marcel » depuis quelques mois, Bylal Khellouf s’est converti à l’électrique par pragmatisme. Aujourd’hui pleinement conquis, il partage son expérience avec ses clients.

« Les véhicules électriques ? Je ne connaissais pas du tout. J’y suis venu grâce à Marcel ! » Bylal Khellouf, 30 ans, a deux métiers : gestionnaire d’une société de déménagement et, depuis mars, chauffeur du service de VTC parisien. « Je cherchais à diversifier mon activité quand j’ai découvert Marcel par Internet. L’entreprise était unanimement saluée par ses chauffeurs et surtout, pour se lancer, elle proposait une ZOE louée par Renault. Pour être honnête, ma motivation première a été de m’affranchir de la contrainte du prix du carburant, même si je pensais de plus en plus à mon empreinte carbone et que je commençais à culpabiliser. À l’époque, je consommais un plein par semaine et en 2019, dans une grande ville embouteillée et polluée comme Paris, ce n’est plus possible ! Je ne pouvais m’engager dans cette nouvelle activité qu’en électrique. »

Bylal recharge sa ZOE sur une borne publique
Bylal recharge sa ZOE à moindre frais sur une borne publique

Des économies à tous les niveaux

La démarche rationnelle de Bylal est devenue une conviction profonde à l’usage. « Côté économies, le compte y est. Un chauffeur VTC qui roule en thermique dépense 750 à 900 euros de carburant par mois. Ma dernière facture avec ma ZOE se montait à 47 euros, à raison de 150 à 200 kilomètres accomplis chaque jour.
Je bénéficie aussi de la gratuité du stationnement pendant 6 heures consécutives sur l’ensemble de la voirie parisienne et en continu sur les anciennes places Autolib’. Quand on connaît les difficultés pour se garer dans la capitale, c’est presque comme bénéficier des services d’un voiturier ! »

Console R-Link et de l’application Marcel
Bylal au volant de sa ZOE, équipée de la console R-Link et de l’application Marcel

La recharge, moment de convivialité

Pour Bylal, le frein principal qu’est l’autonomie a vite été levé. « Je n’ai pas de borne de recharge à domicile. J’utilise celles disponibles en ville ou celles des supermarchés : tous les magasins d’Île-de-France en sont dotés. Deux heures suffisent pour recharger la batterie à 100 %. En 20 minutes, je gagne 100 kilomètres d’autonomie et charger une heure me permet de travailler toute la journée, d’autant que la batterie de ZOE se recharge à la décélération. J’apprécie ce moment de mise en recharge qui est souvent l’occasion d’échanger avec d’autres utilisateurs de véhicules électriques. Nous avons des centres d’intérêt communs. »

Avec le temps, la crainte de la panne a totalement disparu. « Au bout de quelques semaines, je ne regardais même plus la jauge. En zone urbaine, l’autonomie est largement suffisante, même pour un usage professionnel et en utilisant tous les équipements de confort : climatisation, radio, recharge du téléphone. »

Bylal et passagère
Grâce à l’autonomie de sa ZOE, Bylal peut effectuer une journée complète de travail sans se soucier de sa recharge.

Redécouvrir le plaisir de conduire

Mais la meilleure surprise, c’est la conduite. « Je m’attendais à un véhicule peu réactif. C’est tout le contraire ! L’accélération est linéaire, sans à-coups, on a l’impression de glisser. Et ce silence… Avec ZOE, j’ai découvert un nouveau plaisir de conduire. Au démarrage, on peut laisser certaines berlines sur place. »

Même satisfaction côté espace. « Compacte à l’extérieur, la ZOE est pratique en ville. Mais je mesure 1,92 m et j’appréhendais l’espace disponible à l’intérieur. Finalement, le poste de conduite est spacieux et confortable. Mes clients me font la même remarque. Je fais souvent des trajets de gare à gare : dans le coffre, on met sans difficulté deux grands bagages et deux valises cabine. L’idéal. »

 
Avec ZOE, j’ai découvert un nouveau plaisir de conduire. Au démarrage, on peut laisser certaines berlines sur place.
Bylal Khellouf Chauffeur VTC "Marcel"

Des clients conquis

Bylal chargeant des bagages dans le coffre
Bylal peut aisément charger les bagages de ses clients grâce à son coffre spacieux d’un volume de 338 dm3

Alors les clients, tous séduits ? « Une ancienne Miss France, un sénateur, des animateurs télé comme de parfaits inconnus, je transporte toutes sortes de profils ! Si les utilisateurs de la gamme VTC 100 % électrique de Marcel sont souvent sensibles à l’environnement, il y a plusieurs sortes de clients.Les réguliers, déjà convaincus, choisissent l’électrique pour le confort : dans le silence, sans vibrations, beaucoup en profitent pour travailler.
Par ailleurs Marcel répercute l’économie de carburant réalisé sur le prix de la course, ce qui nous permet d’afficher des trajets entre 15 et 20 % moins cher que les autres applications. Ça nous permet d’attirer une clientèle soucieuse de son pouvoir d’achat. On arrive ainsi à faire rimer écologie avec économie !
Enfin il y a ceux qui montent pour la 1re fois dans une Renault ZOE, dont une part d’étrangers, ou qui n’en avaient jamais entendu parler. Généralement intrigués et agréablement surpris, ces clients s’interrogent sur l’autonomie ou le réel impact environnemental de l’auto.
Si on me questionne, j’explique mon choix de rouler en électrique. Ma position est claire : entre « flamber » un plein par semaine et émettre zéro gramme de CO2*, l’arbitrage est simple. Rouler en électrique ne peut suffire pour répondre à l’urgence climatique, mais peut être une partie de la solution. Et les gens en sont de plus en plus conscients, surtout depuis les épisodes de canicule… »

ZOE à Paris
Bylal au volant de sa ZOE sur une route parisienne

Bylal ne reviendrait pour rien au monde à une autre forme de motorisation. À tel point qu’il réfléchit à acquérir un second véhicule électrique pour son épouse. Et même à équiper son entreprise de déménagement en utilitaires électriques.

 

*Ni émissions de CO2 ni polluants atmosphériques réglementés lors de la conduite, hors pièces d’usure.

Copyright : Vincent Colin

Articles les plus lus