La recharge rapide ouvre une nouvelle ère pour la mobilité électrique

Publié par le 03.04.2020 - 3 min

Avec l'envolée attendue du marché du véhicule électrique, c'est tout un secteur qui doit accomplir sa mue. En premier lieu, les bornes de recharge doivent répondre à un double objectif : proposer aux automobilistes des conditions d'utilisation encore plus pratiques et définir de nouveaux usages pour la voiture électrique.

Dans cette optique, la recharge rapide décuple le champ des possibles. Pouvoirs publics, opérateurs privés et constructeurs l’ont bien compris et font de son déploiement un enjeu prioritaire.

Qu’est-ce que la recharge rapide ?

À l’instar de ce smartphone dont on souhaite que la batterie fasse le plein au plus vite, on apprécierait parfois une recharge express de son véhicule électrique. Si les bornes dites classiques et les systèmes domestiques permettent de faire le « plein électrique » de sa voiture électrique en une nuit ou quelques heures, la recharge rapide – correspondant à une puissance minimale de 43 kW – diminue drastiquement ce temps de charge.

Grâce aux bornes rapides, 30 minutes permettent de recharger de façon efficace la batterie de sa voiture. Une simple pause suffit ainsi à retrouver une autonomie optimale pour la suite du trajet. De quoi envisager désormais de multiples usages du véhicule électrique.

De quoi dépend la recharge rapide ?

ZOE en charge

La durée de recharge d’un véhicule électrique dépend essentiellement de deux facteurs : les caractéristiques de sa batterie et le type de borne utilisée. Sur ce second point, on distingue les bornes « classiques » (délivrant une puissance entre 3 et 30 kW, en courant alternatif, ou « AC ») des bornes de recharge rapide (de 30 à plus de 60 kW en courant continu, ou « DC »). Mais les performances de la batterie du véhicule conditionnent également la vitesse de charge. Plus particulièrement, la puissance tolérée par le chargeur de la voiture est un facteur clé pour un temps de recharge rapide.

À cet égard, la technologie Caméléon équipant les véhicules électriques Renault est un véritable atout : ce chargeur intelligent s’adapte aux caractéristiques de la borne AC pour en tirer la puissance maximale. Nouvelle Renault ZOE (avec sa batterie Z.E. 50) peut ainsi toujours se vanter d’être le véhicule électrique qui se recharge le plus vite sur les bornes les plus répandues dans l’espace public en Europe.

Combien coûte une charge rapide ?

Si le calcul du prix de la recharge d’une voiture électrique se fait au cas par cas, on constate néanmoins qu’en France, le coût oscille généralement entre 3 et 5 euros pour 30 minutes sur une borne de recharge rapide, ce qui rend le service très accessible. Dans les autres pays européens, la recharge rapide est principalement facturée au kilowattheure délivré. À titre d’exemple, le tarif pour un « plein » de 30 kWh est d’environ 9 euros en Angleterre et de 12 euros en Allemagne.

Outre les bornes payantes, on observe la multiplication des lieux de stationnement offrant une recharge rapide gratuite (parkings de centres commerciaux). Les opportunités de recharger son véhicule rapidement, à moindre coût, se font ainsi de plus en plus nombreuses.

Où peut-on profiter de ces bornes de recharge rapide ?

borne de recharge sur autoroute

Si les points de recharge publics se multiplient, la borne de recharge rapide pour voiture électrique répond à un besoin d’autonomie sur les longues distances. À ce titre, les réseaux de charge rapide se concentrent essentiellement sur les autoroutes et les routes nationales. La création de « corridors routiers » permet alors d’envisager sereinement un trajet sur plusieurs centaines de kilomètres.

Par ailleurs, y décelant un levier de fidélisation efficace, plusieurs enseignes – Ikea ou Lidl notamment à l’échelle européenne – développent l’installation de bornes de recharge rapide. Grâce à cet investissement malin, les automobilistes se muent en clients pendant le temps de charge de leur véhicule.

Axes routiers, zones urbaines et périurbaines… les opérateurs cherchent à investir tous les territoires. Pour le bonheur des adeptes de l’électrique qui voient fleurir les nouvelles bornes de recharge rapide dans leur ville ou sur leur trajet.

La charge rapide sur Renault ZOE

Véhicule électrique le plus prisé en Europe, la citadine Renault ZOE est l’exemple idéal pour apprécier les bénéfices de la recharge rapide. Ainsi, lorsque la Nouvelle ZOE regagne jusqu’à 125 km WLTP* d’autonomie en 2 heures sur un point de recharge en voirie, il ne lui faut que 30 minutes pour en récupérer jusqu’à 150 km WLTP sur une borne de recharge rapide*.
Par ailleurs, Renault facilite l’accès à la recharge rapide grâce à ses services connectés. Alors que l’application MY Renault indique les bornes de recharge recensées sur un trajet.

Grâce à ces services et aux performances de sa batterie, la charge rapide de Renault ZOE est une formalité et l’expérience de conduite électrique est simplifiée !

L’avenir de la recharge rapide : le meilleur reste à venir

Les initiatives pour développer les possibilités de recharge rapides sont nombreuses. À l’horizon 2020, en France, 4 bornes sur 10 proposeront une recharge rapide ; un ratio déjà constaté en novembre 2019 au Royaume-Uni. (contre environ 10 % aujourd’hui). Cette tendance permettra d’accompagner sereinement l’essor du véhicule électrique (11 millions de ventes de véhicules électriques attendues au niveau mondial en 2025, selon l’organisme Bloomberg New Energy Finance).

Mais ce n’est pas tout. Afin d’anticiper les besoins de leurs futurs véhicules, les constructeurs préparent déjà le terrain en déployant des bornes de recharge ultra-rapides. Le programme « E-Via E-Flex » initié par le Groupe Renault vise, par exemple, à déployer ces bornes sur les axes routiers du sud de l’Europe, dans un premier temps.

D’autres projets se préparent aujourd’hui en coulisses. Nul doute que les innovations technologiques à venir permettront d’ancrer encore davantage la réalité de la recharge rapide dans notre quotidien.

 

* Les valeurs de durée et de distance évoquées ici sont calculées à partir des résultats obtenus par Nouvelle ZOE lors de la procédure d’homologation WLTP (Worldwide Harmonized Light vehicles Test Procedure, cycle normalisé : 57 % de trajets urbains, 25 % de trajets péri-urbains, 18 % de trajets sur autoroute), qui vise à représenter les conditions d’usage réelles des véhicules. Elles ne présument cependant pas du type de trajet choisi après la recharge. Le temps de recharge et l’autonomie récupérée dépendent aussi de la température, de l’usure de la batterie, de la puissance délivrée par la borne, du style de conduite et du niveau de charge. 

Copyrights : Christian Fournier, Frithjof OHM

Articles les plus lus