« Des batteries au stockage d’énergie : un cycle vertueux »

Publié par le 09.01.2019 - 5 min

Amaury Gailliez, Directeur des Opérations Recharge et Batterie au sein du Groupe Renault, et Matthew Lumsden, CEO de Connected Energy, expliquent comment les deux entreprises collaborent pour donner une seconde vie aux batteries des véhicules électriques en les utilisant comme dispositifs de stockage d’énergie. Le résultat ? Un cercle vertueux favorable aux clients finaux comme aux systèmes énergétiques.

Quelle est la nature du partenariat entre le Groupe Renault et Connected Energy ?

Matthew Lumsden, CEO de Connected Energy

Matthew Lumsden Connected Energy développe et déploie des systèmes commerciaux de stockage d’énergie E-STOR à destination des clients ayant des besoins de stockage d’envergure. En résumé, nous prenons une multitude de batteries de véhicules électriques et nous les relions de façon à ce qu’elles fonctionnent comme une unité de plus grande taille. Depuis plus de 4 ans, nous travaillons avec le Groupe Renault pour reconvertir des batteries qui, bien qu’elles ne soient plus assez puissantes pour alimenter une voiture, fonctionnent toujours extrêmement bien lorsqu’elles sont utilisées en tant que systèmes de stockage stationnaire.

Amaury Gailliez, Directeur des Opérations Recharge et Batterie au sein du Groupe Renault

Amaury Gailliez : Notre partenariat commercial et logistique avec Connected Energy vise à tirer le meilleur parti de la durée de vie de nos batteries. Une batterie a une première vie comprise entre 10 et 15 ans, période au terme de laquelle elle fonctionne toujours à 75 % ou plus de sa capacité. La seconde vie peut durer à nouveau 10 ans, ce qui permet non seulement de diminuer l’empreinte environnementale de chaque batterie, mais également de faciliter l’accès au stockage à grande échelle.

Quels sont les principaux avantages apportés par l’utilisation de batteries de véhicules électriques pour le stockage d’énergie ?

AG : Nos batteries sont pensées pour un usage très exigeant. C’est pourquoi elles sont conçues pour être durables et fiables. Quand nos batteries ne fonctionnent plus à leur capacité maximale, elles offrent toujours une performance élevée dans le cadre d’un usage stationnaire. Cette utilisation apparaît comme la plus pertinente, étant donné que le stockage d’énergie sera bientôt essentiel pour assurer la réactivité et la résilience du réseau électrique.

ML : Avec de plus en plus de véhicules électriques sur les routes, on aura de plus en plus d’unités de stockage dans le futur, qu’il sera possible de réutiliser plutôt que d’acheter et/ou de fabriquer de nouvelles batteries. En même temps, les standards de conception exigeants des batteries nous garantissent de proposer des produits très sûrs et très fiables. En reliant ces batteries entre elles pour créer des unités intégrées, nous pouvons les utiliser pour stocker de l’énergie renouvelable ou encore pour équilibrer le réseau au moment des pics de chargement. Cela a pour effet immédiat de rendre le stockage d’énergie moins cher et plus facilement accessible à davantage de structures. Développer le stockage d’énergie signifie aussi développer une électricité faiblement carbonée et bon marché – ce qui est une bonne nouvelle pour tous les secteurs, y compris celui de la mobilité électrique ! Il s’agit vraiment d’un cercle vertueux.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples des avantages de ce cercle vertueux pour les clients finaux du Groupe Renault et de Connected Energy ?

Container E-STOR 60/90 à la centrale hydro-électrique de Rheidol, au Pays de Galles
Container E-STOR 60/90 d’une puissance de 60 kW et d’une capacité de stockage d’énergie de 60 kWh.  Système installé à la centrale hydro-électrique opérée par Statkraft à Rheidol (pays de Galles) et reliée à une centrale électrique virtuelle.

ML : L’intégration de notre chaîne logistique avec celle du Groupe Renault nous permet de fournir plus facilement nos solutions à davantage de clients. Ces clients peuvent être des services publics cherchant à déployer des solutions de stockage pour leurs propres consommateurs, ou des groupes industriels souhaitant stocker l’énergie issue de leurs installations de production sur site pour disposer d’une réserve de courant. Nous répondons également aux besoins des entreprises ayant des exigences particulières.
Les stations de recharge de véhicules électriques, notamment, ont souvent besoin d’une alimentation auxiliaire parce que le chargement rapide de nombreuses voitures en même temps pèse sur le réseau. Les structures nécessitant une résistance accrue pour maintenir leurs fonctions essentielles en cas de panne du réseau, comme les compagnies de distribution d’eau, sont un autre exemple.
Ces utilisations ont toutes en commun de participer à maintenir un réseau électrique plus stable, réactif, durable et efficace.

Container E-STOR 60/90 installé à la centrale hydro-électrique opérée par Statkraft à Rheidol (Pays de Galles)

AG : De même, travailler avec Connected Energy permet d’envisager une optimisation de la production et de la logistique. Cette dernière représente un maillon crucial de la chaîne, les batteries étant très lourdes, encombrantes et impliquant toutes sortes de protocoles de sécurité pour les manipuler. Disposer d’une chaîne logistique intégrée nous permet de préparer la seconde vie des batteries à une très grande échelle.

Ligne de reconditionnement des batteries à l’Usine Renault de Flins, en France
Ligne de reconditionnement des batteries à l’Usine Renault de Flins.

Ces gains en efficacité profitent aux clients, qui bénéficient ainsi d’un « coût total de possession » ou « TCO » (Total Cost of Ownership) moins élevé pour leur batterie et leur véhicule. Ce qui contribue à rendre les véhicules plus largement accessibles. Et donc à mettre de plus en plus de futures unités de stockage en circulation. Au final, c’est une situation avantageuse à la fois pour les constructeurs, les clients et l’environnement.

Reconditionnement des batteries à l'usine Renault de Flins, en France

À quels développements futurs vous attendez-vous concernant l’utilisation des batteries de véhicules électriques pour le stockage d’énergie ?

ML : D’un point de vue opérationnel, je pense que grâce à la disponibilité croissante de batteries, des projets de stockage d’énergie pourront être menés à une échelle toujours plus large. Et un grand nombre d’initiatives pourront être déployées sur des sites industriels et commerciaux. Par exemple, nos systèmes E-STOR actuellement opérationnels ou en cours de construction ont des capacités comprises entre 60 kW et 6 MW. Mais nous espérons déployer des systèmes commerciaux de 20 MW d’ici 2020. À terme, je m’attends à ce que le stockage d’énergie devienne une composante usuelle de la consommation en énergie pour de nombreuses structures. Notre objectif est de maintenir sa viabilité commerciale par rapport à d’autres technologies.

AG Nous nous trouvons face à un potentiel immense, c’est certain. Il n’y a qu’à regarder l’évolution de la capacité des batteries : nous sommes partis de voitures avec des batteries de 22 kWh, et nous atteindrons bientôt la barre des 100 kWh. Même si les batteries les plus récentes perdent 20 % de leur capacité au cours de leur première vie, elles gardent toujours énormément d’énergie dans laquelle puiser ! Les millions de véhicules électriques qui prendront la route dans les années à venir représentent des millions de réutilisations en seconde vie, au service d’un réseau électrique plus efficace et plus réactif.

Copyrights : Renault Communication Brésil, Connected Energy, Roland MOURON, PLANIMONTEUR

Articles les plus lus