Du concept à aujourd’hui, le design de ZOE raconté par ses designers

Publié par le 07.07.2020 - 4 min

Lancée en 2009 sous forme de concept, puis en 2012 dans sa déclinaison de série, Renault ZOE accroit sa communauté de clients et d’adeptes chaque jour. Retour sur la genèse d’un modèle devenu emblématique du Groupe Renault, et de la mobilité électrique dans son ensemble, avec les designers à la source du projet : Raphaël Linari, actuellement Directeur Design au Renault Design Center Séoul et designer extérieur du ZOE Z.E. Concept en 2008, ainsi que Agneta Dahlgren, Directrice Design Véhicules Electriques.

Bonjour Raphaël et Agneta. Vous avez tous les deux été impliqués dans le projet ZOE dès ses prémices. Quels étaient le brief, les objectifs, les contraintes et les nouveaux défis liés à la nouveauté de la voiture électrique ? Que ce soit dans le développement du ZOE Z.E. Concept présenté en 2009, ou dans celui de la ZOE de série lancée en 2012 ?

Raphaël Linari (R.L.) : Quand on développe un concept car en partant d’une feuille blanche il y a beaucoup moins de contraintes techniques. Etant en charge du design extérieur j’ai pu profiter d’une plus grande liberté dans l’architecture et les proportions de ZOE Z.E. Concept. Par exemple, les batteries et le moteur électriques ont été positionnés à l’endroit le plus propice pour obtenir un profil très fluide et dynamique. C’est un bonheur de pouvoir adapter la technique au style !
Les éléments techniques ainsi disposés nous ont permis d’optimiser l’espace intérieur car nous voulions le traiter comme aussi spacieux et reposant qu’un jardin japonais. Nous avons pu alors positionner ces magnifiques fauteuils en forme de gros galet et avoir ce plancher plat ondulant comme un jardin Zen.

Agneta Dahlgren (A.D.) : ZOE Z.E. Concept, et ZOE de série, dont j’avais la charge, ont été développés en parallèle. Nos études de marché mettaient en avant le fait que passer à une voiture 100 % électrique était un énorme pas en avant pour les consommateurs et pouvait donc être déstabilisant. C’est pourquoi ZOE de série est assez différente du concept. Nous avons voulu une voiture avec une forte personnalité mais pas trop différente de ce que l’on avait déjà l’habitude de croiser dans la rue, pour garder un côté rassurant. ZOE a son caractère personnel, mais n’est pas un « ovni ».

Agneta Dahlgren & Raphaël Linari
Agneta Dahlgren & Raphaël Linari

En quoi le concept vous a-t-il inspiré ?

A.D. : Nous avons conservé son côté « zen », ses expressions propres, ses touches de bleutées. Nous en avons aussi gardé un clin d’œil au design de coupé avec les poignées de portières arrière intégrées dans le contour de la fenêtre.
L’intérieur s’inspire également du concept dans l’esprit, avec des formes simples et naturelles, qui procurent un vrai bien-être à bord. Tout l’habitacle a été traité pour exprimer la sérénité de ZOE, son côté non-polluant à l’usage et pur, avec des couleurs claires notamment. Et la concurrence nous a suivi dans ce domaine !

intérieur design concept ZOE

Comment expliquez-vous que, 8 ans après la sortie du premier modèle, le design de ZOE reste aussi actuel. Qu’est ce qui fait l’ADN de son style, l’élément distinctif qui devrait traverser les générations ?

R.L : ZOE affiche une « sensualité efficiente », un excellent équilibre entre la forme et la fonction, des volumes purs qui ne vieillissent pas. C’est un point commun que l’on peut reconnaitre entre le concept et la voiture de série. De plus les deux autos ont chacune une face avant très expressive qui suscite la sympathie. Elles prouvent depuis leur lancement qu’une voiture électrique peut être aussi agréable à regarder et à conduire que n’importe quelle voiture traditionnelle.
Ainsi, la ZOE de série est, selon moi, devenue une icône supplémentaire dans la gamme Renault, au même titre que Twingo ou Clio.

A.D. : ZOE reste ce qu’elle est : une voiture de caractère. Elle a gagné en maturité et en personnalité au fil des années. On pourrait dire qu’elle est passée du stade d’enfant à celui de jeune adulte ; ses expressions se sont renforcées, avec un design toujours aussi frais.

 
Avec ZOE Z.E. Concept, c’était un bonheur de pouvoir adapter la technique au style ! Cela nous a permis d’optimiser l’espace intérieur, aussi spacieux et reposant qu’un jardin japonais.
Raphaël Linari Designer extérieur du ZOE Z.E. Concept en 2008

Nouvelle ZOE utilise des matériaux recyclés pour ses habillages intérieurs. Un choix dans la continuité de l’aura environnementale des voitures électriques ?

A.D. : Oui en effet. Cela faisait un moment déjà que nous y travaillions, mais la mise au point de nouveaux matériaux recyclés nécessite des tests de toucher, de durabilité, de salissure, et le travail en commun avec des sous-traitants volontaires et motivés. Tout cela prend du temps. Surtout que sur ZOE, ces matériaux ne sont pas simplement issus du recyclage : ils s’inscrivent dans une véritable politique d’économie circulaire, notamment avec la réutilisation de chutes de ceintures de sécurité.

Renault ZOE

Les innovations technologiques qui arrivent en continu (nouveau moteur, évolution de la capacité de batterie, besoin d’efficience énergétique, …) doivent forcément influencer, voire contraindre votre travail sur le design ?

A.D. : Il y a bien sûr des contraintes, mais qui peuvent être négatives comme positives. L’utilisation de la plateforme du premier modèle nous contraignait dans le gabarit global du véhicule. Mais en jouant sur les proportions, avec une voiture assez haute, à la ceinture de caisse marquée et rehaussée, avec des phares fins et étirés, et en mettant les roues aux quatre coins de la voiture, nous sommes parvenus à une voiture au design musclé, sans lourdeur.
Pour Nouvelle ZOE, nous avons également rencontré de nouvelles contraintes. L’intégration du double chargeur derrière le logo a nécessité de positionner le Losange de manière plus verticale, mais cela va particulièrement bien à notre ZOE ! Nous avons aussi trouvé des solutions pour, par exemple, proposer désormais au client les feux antibrouillard à l’avant.

R.L : Chaque nouvelle technologie représente de nouvelles opportunités pour un designer. Par exemple, l’usage de LEDs pour les phares et feux offre des interprétations très différentes entre le concept et la voiture de série.

 
ZOE a gagné en maturité et en caractère au fil des années. On pourrait dire qu’elle est passée du stade d’enfant à celui de jeune adulte. Ses expressions se sont renforcées mais son design reste frais.
Agneta Dahlgren Directrice du design gamme véhicules électriques

Tous les deux, comment voyez-vous l’évolution de la voiture électrique Renault en termes de design dans les années à venir ? De nouvelles contraintes ou au contraire plus de liberté ?

A.D. : Le fait d’avoir conçu une plateforme dédiée aux véhicule électriques au sein de l’Alliance est une liberté qui procure des bénéfices énormes pour le client. Cela permet de dégager plus d’espace à bord, ce qui signifie plus de volume habitable mais aussi plus de volume de rangement. Cela devrait être, à l’avenir, l’un des arguments forts des véhicules électriques de Renault face aux concurrents qui ont fait d’autres choix.
De plus l’empattement long et les porte-à-faux courts, permis par le moteur électrique et cette nouvelle plateforme, confèrent de nouvelles proportions aux voitures, avec des lignes élégantes.

nouvelle ZOE

R.L : On le voit, sur ZOE peut-être encore plus que sur d’autres modèles, design et technologie sont toujours étroitement liés. La voiture nativement électrique aux technologies sans cesse mises à jour, telle que ZOE, s’inscrit dans la stratégie pionnière du Groupe Renault, et devrait lui permettre de renforcer son statut de leader de la mobilité électrique à l’avenir.

 

 

Copyrights : Groupe Renault, Yannick BROSSARD, PLANIMONTEUR, Frithjof OHM, Frithjof Ohm INCL. Pretzsch

Articles les plus lus