play Lire la vidéo

Vidéo : L’Eden Project, des véhicules électriques sous les tropiques

Publié par le 20.08.2019 - 3 min

Dans le sud-ouest de l’Angleterre, l’Eden Project abrite la plus grande forêt tropicale couverte au monde. Ce complexe environnemental s’appuie notamment sur les véhicules électriques pour limiter son empreinte carbone. Tim Smit, co-fondateur du projet, nous raconte son histoire dans notre série The Drive To Better.

Certains en ont fait la 8e merveille du monde. Construit sur le site d’une ancienne carrière d’argile de la région des Cornouailles, ce complexe environnemental accueille 2 serres géantes reproduisant le biome tropical et le biome méditerranéen, autrement dit l’écosystème propre à chaque type de climat. À l’intérieur, plus de 5 000 espèces de plantes venues du monde entier. Le but ? Sensibiliser les visiteurs à l’écologie, à l’importance vitale de la nature et à la nécessité de préserver la planète.

 La voiture électrique comme solution de mobilité

serres Eden Project

Avec son principe de « zéro émission(1) », le véhicule électrique est une solution de mobilité toute trouvée pour un tel projet ! Le Groupe Renault a ainsi mis à disposition de l’Eden Project 18 véhicules électriques (Twizy, ZOE et Kangoo Z.E.), pour assurer les déplacements liés à l’activité du complexe.

Les véhicules électriques Renault sont utilisés à la fois pour transporter les visiteurs et pour assurer des livraisons à l’intérieur du site, y compris dans les biomes. À l’extérieur du site, ils sont utilisés pour collecter les denrées alimentaires vendues ensuite aux visiteurs. Sans oublier le Twizy ambulance entièrement équipé avec lumières bleues et sirène ! En affichant son soutien à ce projet, le Groupe Renault démontre son attachement à la mise en œuvre de démarches éco-responsables au sein des entreprises.

Un modèle de développement durable

L’ambition de l’Eden Project va bien sûr au-delà de la mobilité électrique puisque le site cherche à diminuer son empreinte carbone et à maximiser son autonomie dans tous les domaines.
Avec près de 2 millions de plantes à arroser, la gestion de l’eau est un élément central du projet.
C’est pourquoi les deux tiers des besoins sont couverts grâce à la récupération des eaux de pluie et une nappe phréatique.

Pour la cuisine, le mot d’ordre, c’est « local » ! Pour sensibiliser le grand public à la nécessité de consommer des produits locaux et favoriser un impact social positif, la priorité est donnée aux producteurs de la région.

Dans le domaine de la gestion des déchets, « mieux vaut prévenir que guérir ». Ainsi, avant même de penser recyclage et compostage, un travail est réalisé autour la réduction des déchets. Concrètement, cela se traduit par une diminution de la quantité d’emballages mais aussi par la suppression des bouteilles d’eau en plastique ou encore de la vaisselle réutilisable. Résultat : pas moins de 90 % des déchets sont exploités localement.

Le prochain chantier de l’Eden Project concernera l’énergie et la construction d’une centrale géothermique sur le site. Un pas de plus vers davantage d’autonomie !

 

(1) Ni émissions de CO2 ni polluants atmosphériques réglementés lors de la conduite, hors pièces d’usure

Copyrights : Renault Communication, jax10289

Articles les plus lus