play Lire la vidéo

Stockage stationnaire d’énergie : trois nouveaux projets en Europe

Publié par le 22.01.2021 - 4 min

Les deux premières installations d’Advanced Battery Storage, le projet de stockage stationnaire d’énergie reposant sur l’utilisation de batteries de véhicules électriques du Groupe Renault, viennent de voir le jour en France et en Allemagne. Dans le même temps, au Royaume-Uni, le projet SmartHubs s’appuie sur cette même technologie pour développer un réseau énergétique local. Retour sur cette solution d’avenir et présentation de ses derniers-nés.

Pourquoi stocker l’énergie est-il important ?

À l’heure de la transition énergétique, le stockage d’énergie est déterminant pour augmenter la part des énergies dites « renouvelables » dans le mix énergétique. Une des principales difficultés pour le réseau électrique est de gérer en temps réel l’écart entre production et consommation sous peine de compromettre la stabilité de la fréquence du réseau domestique. Une difficulté qui augmente avec l’intégration de différentes sources d’énergie dont les capacités de production sont intermittentes comme l’éolien ou le solaire. Le stockage stationnaire, en permettant de faire des réserves d’énergie et de les restituer en fonction des besoins, fait office de système tampon pour gérer cet écart et équilibrer le réseau auquel il est connecté.

Advanced Battery Storage (ABS) - Douai

Stockage stationnaire et batteries véhicules électriques

Engagé en faveur de la mobilité durable, le Groupe Renault transcende son rôle de constructeur automobile en agissant sur l’écosystème électrique dans son ensemble, avec la conviction que le véhicule électrique en fait partie intégrante. En partenariat avec différents acteurs de l’énergie, il a donc développé une technologie de stockage à l’aide de batteries de seconde vie. Quand une batterie ne répond plus aux exigences de l’usage automobile, elle peut, avant d’être recyclée, être utilisée en « deuxième vie » pour le stockage d’électricité à grande échelle, une mission moins contraignante et moins exigeante en densité d’énergie et de puissance. « Avec la batterie, nous avons beaucoup plus qu’un outil de mobilité. Une fois sa vie automobile terminée, la valeur résiduelle de la batterie est énorme et elle peut être utilisée pour d’autres dispositifs moins stressants que l’usage automobile, comme le stockage stationnaire. C’est pour nous la continuité logique », explique le Dr Christophe Dudezert, Responsable programme des services d’énergie chez Renault et chargé du développement et déploiement du projet Advanced Battery Storage en France et en Allemagne.

 
La valeur résiduelle de la batterie de véhicule électrique est énorme. Elle peut être utilisée pour d’autres dispositifs comme le stockage stationnaire, c’est sa continuité logique.
Christophe Dudezert Responsable programme des services d’énergie chez Renault

Advanced-Battery-Storage_The-Mobility-House_zoe

Trois nouveaux projets en France, en Allemagne et au Royaume-Uni

Alors que plusieurs expérimentations sont menées comme à Porto Santo (Portugal) avec des batteries ZOE et Kangoo Z.E. ou au SyDEV (Syndicat Départemental d’Énergie et d’Équipement de la Vendée) à la Roche sur Yon (France) avec des batteries Kangoo Z.E., trois nouveaux projets de stockage viennent de voir le jour en Europe.

Fin 2018, le Groupe Renault annonçait le lancement du projet Advanced Battery Storage (ABS), un important dispositif de stockage stationnaire d’énergie utilisant des batteries de véhicules électriques destiné à être déployé sur plusieurs sites en Europe pour atteindre une capacité de 70 MWh. L’usine Renault George Besse à Douai, dans le nord de la France, accueille aujourd’hui la première installation ABS d’une capacité totale de 4,9 MWh grâce à des batteries de seconde vie et des batteries neuves en attente d’un futur usage en après-vente.

Depuis la fin novembre, le projet ABS compte un deuxième lieu de stockage en Allemagne. À Elverlingsen, une ancienne centrale électrique à charbon accueille le premier dispositif du genre dans le pays. Développée par le Groupe Renault, The Mobility House et Fenecon, cette nouvelle unité de stockage se compose de 72 nouvelles batteries de Renault ZOE représentant une capacité 2,9 MWh.

Connected Energy SmartHubs - batteries

Dans le West Sussex, au Royaume-Uni, le projet SmartHubs combine plusieurs technologies, dont celle du stockage stationnaire en containers, pour fournir une énergie plus propre et moins coûteuse à un réseau électrique local qui alimente des logements sociaux, des entreprises, les transports, etc. Conçus par Connected Energy, des systèmes E-STOR de 360 kWh, intégrant chacun 24 batteries de deuxième vie  Kangoo Z.E., seront installés sur différents sites industriels et commerciaux. Plusieurs containers seront même reliés à des panneaux solaires et des chargeurs de véhicule électrique pour optimiser l’utilisation des énergies renouvelables et réduire les coûts. Le projet SmartHubs, au global, fait appel à mille batteries de deuxième vie pour une capacité totale de 14,5 MWh soit l’équivalent de l’énergie nécessaire à l’alimentation de de 1 695 foyers pendant toute une journée.

Le développement du stockage stationnaire montre les opportunités d’innovation que recèlent les enjeux environnementaux actuels. Il soulève aussi la question de l’accès à cette solution pour les particuliers. À cela, Christophe Dudezert répond : « Nous expérimentons beaucoup de choses pour les batteries de seconde vie, y compris l’électrification des bateaux. Mais l’aventure du véhicule électrique a démarré il y a une dizaine d’années, et les batteries ont une première vie automobile assez longue, nous avons donc encore peu de volume et donnons la priorité à des projets à grande échelle qui, à terme, mèneront au stockage stationnaire pour l’usage personnel. »

 

Copyrights : Groupe Renault

Articles les plus lus