Un accord européen pour l’économie circulaire des batteries

Publié par le 27.06.2018 - 5 min

Face au développement à grande échelle du véhicule électrique, Bruxelles veut créer un cadre propice à l’innovation et à la réutilisation des batteries en leur donnant une seconde vie.

Le 12 mars 2018, la Commission européenne, associée aux autorités françaises et néerlandaises, ainsi qu’à plusieurs industriels européens, parmi lesquels Bouygues, Nissan, Renault et Lomboxnet, a signé un « accord d’innovation », l’innovation deal, visant à faciliter le recyclage et la réutilisation des batteries de véhicules électriques.

L’accord prévoit d’analyser la réglementation européenne afin d’identifier et de supprimer les obstacles législatifs à la réutilisation des batteries et de leurs composants. Objectif : encourager le développement de l’économie circulaire du véhicule électrique.

Pour résumer, cette économie circulaire consiste à augmenter la durée de vie de la batterie du véhicule électrique en favorisant sa réparation, à lui donner des usages variés, lors de sa vie automobile grâce à la recharge intelligente, comme après, en 2de vie, pour stocker l’électricité verte, ou encore en recyclant, en fin de vie, chacun de ses composants en boucle courte, c’est-à-dire au sein du même secteur.

Les bénéfices sont autant écologiques qu’économiques. L’économie circulaire de la batterie du véhicule électrique réduit l’extraction de matières premières et assure un approvisionnement durable de la filière.

Pour un cercle vertueux

Renault ZOE batterie voiture électrique

A ce jour, la quasi-totalité des voitures électriques en circulation sont équipées de batteries lithium-ion, dont la durée d’utilisation au sein des véhicules varie de 8 à 10 ans. Leur recyclage est sous la responsabilité des constructeurs, via une filière de collecte spécifique, qui se développe à mesure que le marché de l’électrique progresse. Ce recyclage garantit le traitement des composants potentiellement dangereux ou nocifs pour l’environnement.

Certains matériaux – cuivre, aluminium, cobalt, nickel, manganèse et lithium – peuvent être réemployés dans la métallurgie pour créer des alliages, de l’acier ou encore dans l’industrie chimique pour la fabrication de verrerie ou de batteries. C’est pourquoi les constructeurs automobiles multiplient actuellement les partenariats avec les fabricants de batteries et les acteurs du recyclage.

Favoriser les énergies renouvelables

L’accord signé par la Commission européenne doit également permettre de favoriser le prolongement de la durée de vie des batteries, avant tout recyclage. Même lorsqu’elles n’ont plus la puissance nécessaire pour faire rouler les véhicules, les batteries de plus de dix ans ne sont pas pour autant hors d’usage et elles gardent des capacités importantes de stockage de l’électricité.

infographie seconde vie batterie voiture électrique

Associés à des producteurs d’énergie renouvelable – panneaux solaires, éoliennes – elles ont la capacité de stocker l’électricité et de la renvoyer au réseau au moment nécessaire, en cas de pics de consommation ou pour maîtriser les sur-sollicitations du réseau. Les batteries reconditionnées serviront les « smart grids », autrement dit des réseaux électriques intelligents.

L’objectif de ces réseaux est d’assurer l’équilibre entre l’offre et la demande en électricité, et de fournir un approvisionnement fiable, durable et compétitif aux consommateurs. Dans ce cadre, le véhicule électrique lui-même devient un acteur à part entière de la transition énergétique et du développement des énergies renouvelables.

Avec des partenaires comme Powervault, Renault développe par exemple des solutions de stockage à petite ou grande échelle, à partir de batteries usagées des véhicules électriques. De son côté, l’Allemagne a recours à près de 20 000 batteries usagées associées à des installations photovoltaïques. Aux Pays-Bas, c’est un stade entier qui a remplacé ses groupes électrogènes par des batteries usagées. Des technologies en cours de développement devraient même rapidement permettre aux batteries usagées de stocker de l’énergie à partir d’une alimentation à faible puissance et de la restituer à haute puissance pour recharger un véhicule électrique.

Articles les plus lus