Vers le plus grand stockage stationnaire d’énergie en Europe

Publié par le 25.09.2018 - 5 min

Renault a annoncé le lancement du projet Advanced Battery Storage, visant à construire d’ici 2020 le plus important dispositif de stockage stationnaire d’électricité jamais conçu à partir de batteries de véhicules électriques en Europe. Objectif affiché : participer à l’intégration massive des énergies renouvelables au sein des réseaux électriques.

Le projet dévoilé le 25 septembre par Renault est d’une ampleur inédite en Europe : le losange a annoncé la conception d’une solution de stockage stationnaire d’énergie basée exclusivement sur des batteries de véhicules électriques. A terme, elle sera capable d’emmagasiner au moins 60 MWh et de fournir une puissance de 70 MW, ce qui en fera le dispositif le plus important dans son genre jamais construit en Europe.

Mettre des batteries de voitures électriques au service de la transition énergétique

Schéma fonctionnement Advanced Battery Storage

« L’un des principaux défis pour augmenter la part des sources renouvelables dans le mix énergétique consiste à gérer les écarts entre consommation et production d’électricité à un instant t », explique Nicolas Schottey, directeur des Nouveaux Business Energie du Groupe Renault.

Toute la difficulté consiste à maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande sur le réseau d’électricité en jonglant entre des sources d’énergie dont les capacités de production ne sont pas constantes. Le moindre écart entre consommation et production déclenche des perturbations qui peuvent compromettre la stabilité de la fréquence de l’électricité (50 Hz).

« Notre solution de stockage stationnaire sert à compenser ces écarts : elle délivre ses réserves à l’instant précis où un déséquilibre se crée sur le réseau pour en gommer les effets », précise Nicolas Schottey. En effaçant ces variations préjudiciables à l’équilibre du réseau, le stockage stationnaire renforce l’attrait économique des énergies bas carbone. L’énergie disponible, 60 MWh, équivaut à une réserve suffisante pour couvrir les usages de plus de 5 000 foyers.

Des containers remplis de batteries de voitures électriques

Ce stockage stationnaire prend la forme de containers « type maritimes » hautement sécurisés. A l’intérieur, les batteries de voitures électriques sont installées sur des racks, équipées d’un système de pilotage de la charge et, surveillées en permanence. Le dispositif utilise des batteries seconde vie, ainsi que des batteries neuves, stockées de cette façon pour des futurs usages en échange standard lors des opérations après-vente.

Ce réseau de batteries est relié à un système complet de supervision et de contrôle qui pilote les opérations de charge et de décharge en lien avec les gestionnaires de réseau. La transformation du courant continu des batteries en courant alternatif pour le réseau est assurée par des convertisseurs adaptés installés également dans les containers. L’énergie stockée est donc à disposition immédiate du réseau.

Ces réservoirs de batteries seront stockés dans des emplacements stratégiques disposant de liaisons spécifiques au réseau d’électricité. Trois sites ont pour l’instant été sélectionnés. Les deux premiers sont situés en France au sein des usines Renault de Douai (dans le Nord) et Cléon (en Normandie). Le troisième se trouve en Allemagne, plus précisément en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans une ancienne usine à charbon en cours de désaffection. Signe des temps : ce site emblématique de l’industrie charbonnière du bassin de la Ruhr se retrouve donc placé en première ligne sur le front de la transition énergétique ! D’autres emplacements sont à l’étude pour la suite.

Un écosystème en faveur de la transition énergétique

Impossible d’accompagner la transition énergétique sans fédérer l’ensemble des acteurs impliqués. Cette conviction a conduit Renault à travailler en concertation avec des investisseurs institutionnels renommés et des startups en pointe sur les sujets liés à l’énergie.

Le projet implique notamment des intégrateurs spécialisés, ainsi que The Mobility House, une société technologique basée à Munich en Allemagne, qui partage la même conviction que le Groupe Renault : la voiture électrique fait partie intégrante du réseau électrique et a vocation à contribuer à la stabilité de ce réseau.
The Mobility House assurera la gestion opérationnelle du dispositif. Outre Renault, le projet mobilise plusieurs soutiens financiers parmi lesquels la Banque des Territoires, ainsi que le groupe japonais Mitsui et Demeter, via le Fonds de Modernisation Écologique des Transports, tous spécialistes des projets liés à la transition énergétique.

Les premières installations seront réalisées début 2019. La capacité de stockage sera ensuite progressivement étendue au fil du temps jusqu’à compter 2 000 batteries de voitures électriques. A ce stade, le dispositif aura atteint – ou plus vraisemblablement dépassé – le seuil des 60 MW.

Copyrights : iStock et Groupe Renault

Articles les plus lus