Acheter une voiture électrique d’occasion

Publié par le 13.06.2020 - 4 min

Tags :

En France, les ventes de véhicules électriques d’occasion ont bondi de près de 60 % en 2018. Le second marché donne aujourd’hui accès à des véhicules récents, au kilométrage limité, qui conservent toutes les garanties utiles en matière de fiabilité et de durée de vie.

La France a enregistré 12 700 immatriculations de véhicules électriques d’occasion en 2018, soit une augmentation de 57 % par rapport à l’année précédente. Observé dans la plupart des pays d’Europe, ce décollage tient notamment au renouvellement des véhicules commercialisés par l’intermédiaire d’offres de location longue durée avec ou sans option d’achat (LOA ou LLD).

Arrivés au terme de leur engagement de trois ans, les consommateurs ont la possibilité de partir sur un nouveau contrat pour disposer d’un véhicule plus récent. En échange, ils ramènent leur première voiture, qui rejoint ainsi un marché de l’occasion en plein essor.

Les avantages d’une voiture électrique d’occasion

Une voiture électrique d’occasion conserve l’ensemble des qualités spécifiques à cette famille de véhicules, à commencer par un budget d’utilisation avantageux, allégé par les nombreuses possibilités de recharge. De plus, comparé à un véhicule thermique, un véhicule électrique à très peu d’entretien lourd à prévoir : pas de changement de courroie de distribution, de bougie d’allumage ou d’huile de transmission. Les freins sont également moins usés grâce au freinage récupératif. L’achat d’une voiture électrique d’occasion ouvre par ailleurs droit à diverses aides financières.

En France, les consommateurs qui achètent une voiture électrique d’occasion sont par exemple éligibles à une prime à la conversion s’ils l’échangent contre un véhicule essence ou diesel ancien. Le réseau Renault Occasions leur propose également, entre autres avantages, la prise en charge du coût d’installation d’une prise de recharge à domicile à hauteur de 500 euros. On peut également profiter de subventions complémentaires auprès de certaines collectivités locales.

Une voiture électrique d’occasion présente enfin l’intérêt de ne pas demander d’opérations de maintenance lourde, puisque le moteur électrique s’affranchit des contraintes liées à l’entretien de l’embrayage, de la transmission ou de l’admission.

Renault ZOE

Les points à surveiller en achetant une électrique d’occasion

Fiabilité du moteur électrique oblige, les vérifications techniques sont nettement moins complexes qu’avec une voiture thermique. L’acheteur potentiel n’a donc pas à s’enquérir de l’état de l’embrayage ou de l’entretien programmé de la distribution. Il doit en revanche s’assurer que le véhicule répond à ses besoins et dispose de toutes les garanties et services annexes nécessaires.

L’autonomie et les capacités de recharge

Le premier point à surveiller concerne l’autonomie réelle du véhicule, qui dépend directement de la capacité de sa batterie. Tout l’enjeu consiste à vérifier que le rayon d’action de la voiture est bien suffisant pour couvrir les usages envisagés. La question se pose dans des termes similaires pour tous les aspects liés à la recharge : quelle est la puissance admissible maximale, la voiture est-elle fournie avec un câble dédié ?

La batterie

La batterie lithium-ion représente une part significative du coût total d’une voiture électrique. Bien que la technologie ait fait les preuves de sa longévité, les batteries finissent par enregistrer une baisse de capacité au fil des années.

La question de la garantie se pose donc pour tous les acheteurs de véhicules d’occasion, surtout si l’acquisition de la voiture suppose également celle de la batterie.

La location de la batterie peut répondre à cette problématique : chez Renault, elle est associée à une garantie à vie avec un remplacement si la capacité de charge descend sous un seuil défini (70 % les 10 premieres années, 60 % au-delà) du niveau initial, mais aussi le dépannage en cas de panne.

Le kilométrage

Le kilométrage n’a que peu d’impact sur le comportement d’un moteur électrique et la question de la batterie relève principalement de la garantie. En fonction du kilométrage du véhicule, il convient tout de même de vérifier l’état des pneus ou des plaquettes de frein, qui font partie des rares pièces d’usure susceptibles d’exiger un entretien régulier. Comme pour tout véhicule, un kilométrage élevé devrait par ailleurs inciter l’acheteur potentiel à contrôler de plus près l’aspect esthétique de la voiture, à l’extérieur comme à l’intérieur de l’habitacle.

Quel prix pour une voiture électrique d’occasion ?

Atelier Renault

Le prix d’une voiture électrique d’occasion dépend à la fois de son âge, de son kilométrage, de son état général, de son niveau d’équipement et des éventuelles garanties associées.

La relative homogénéité de son parc de véhicules électriques de seconde main permet aujourd’hui à Renault d’afficher un prix public conseillé. Une première sur le marché de l’occasion ! En 2019, il est par exemple fixé à 8 900 euros pour une ZOE Life âgée de trois ans, dotée d’une batterie 22 kWh et affichant moins de 30 000 kilomètres au compteur.

Renault a par ailleurs inauguré fin 2018 une offre de location longue durée portant sur des voitures électriques d’occasion de façon à offrir à ses clients une totale maîtrise de leur budget, sans crainte quant à l’éventuelle revente du véhicule.

 

Copyrights : Olivier Martin-Gambier, Yannick Brossard

Articles les plus lus