Renault participe à la progression de l’électrique en Chine

Publié par le 16.04.2019 - 3 min

La Chine, qui absorbe déjà 60 % des ventes de véhicules électriques au niveau mondial, impose depuis peu des quotas qui vont encore encourager l’adoption de ces nouvelles mobilités. Accompagner l’essor du marché chinois constitue donc un enjeu majeur pour Renault. En réponse, le Groupe a multiplié les partenariats stratégiques et lance sa mini-citadine Renault City K-ZE, présentée pour la première fois en Chine à l’occasion du salon de Shanghai.

457 000 immatriculations en 2017, près de 760 000 en 2018 : en un an, le marché chinois du véhicule électrique a progressé de près de 70 %, et les mesures décidées par le gouvernement chinois laissent augurer une croissance toujours très soutenue sur les prochaines années. La progression est d’autant plus significative qu’elle intervient sur un marché de l’automobile chinois en baisse pour la première fois depuis les années 90 !

Confrontée à une urbanisation galopante, la Chine affiche en effet l’ambition de réduire les émissions polluantes dues au transport routier. Elle entend dans le même temps diminuer la dépendance du pays aux importations d’hydrocarbures et soutenir le développement d’une filière industrielle centrée sur le véhicule électrique.

La Chine : une destination de choix pour le leader européen du secteur

Depuis 2019, le pays impose ainsi aux constructeurs un quota portant sur les véhicules 100 % électriques ou hybrides, qui doivent représenter 10 % des ventes totales en neuf.
En parallèle, certaines grandes métropoles imposent des restrictions de plus en plus draconiennes : la ville de Pékin ne délivre par exemple que 10 000 autorisations d’immatriculations de véhicules thermiques par mois pour encourager ses habitants à se tourner vers l’électrique.

Ces différentes mesures amènent la Chine à formuler des perspectives résolument optimistes quant au développement de l’électrique. Elle pronostique ainsi des ventes de l’ordre de 2 millions de véhicules électriques en 2020, 7 millions en 2025 et 16 millions en 2030. Si ces prévisions se confirment, la part des véhicules électriques dans le marché du neuf dépassera à ce stade les 40 %.

Participer à la croissance du marché chinois rejoint l’objectif de démocratisation du véhicule électrique à grande échelle fixé par Renault dans le cadre des priorités stratégiques de son plan « Drive the Future ». Le Groupe bénéficie pour y parvenir d’une double légitimité : sa posture de leader et pionnier du marché européen, mais aussi la place de numéro un mondial de la voiture électrique détenue par l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Renaut City K-ZE : une mini-citadine électrique aux couleurs de Renault

Renault K-ZE voiture électrique Chine
En 2019, il matérialise ses ambitions avec le lancement du Nouveau Renault City K-ZE, qui signe sa première incursion en 100 % électrique sur le marché des mini-citadines, dit segment A. Quelques mois après sa présentation sous forme de concept, K-ZE fait ses débuts publics à l’occasion du salon de Shanghai.

« Le lancement de Renault City K-ZE montre l’expansion géographique de notre offre électrique en direction de la Chine. Il témoigne aussi de notre capacité à décliner le savoir-faire électrique de Renault sur de nouveaux segments de marché », commente Yongho Shin, Directeur de Gamme Commerciale Adjoint.

 
Le lancement de Renault City K-ZE montre l’expansion géographique de notre offre électrique en direction de la Chine.
Yongho Shin Directeur de Gamme Commerciale Adjoint

Renault City K-ZE sera aussi le premier véhicule électrique commercialisé sous les couleurs de Renault dans un pays qui jusqu’ici imposait aux constructeurs occidentaux de distribuer leurs produits sous une marque locale. « Pouvoir utiliser la marque Renault est un atout considérable : elle rappelle notre leadership sur l’électrique en Europe et évoque des standards de qualité très élevés », explique Yongho Shin. La petite citadine au look de SUV allie cette image de marque européenne à une conception pilotée depuis la Chine pour garantir la bonne adéquation avec les attentes du consommateur local.

Des partenariats stratégiques en Chine

Vue aérienne route Shanghai
Renault a en parallèle noué ces dernières années plusieurs partenariats industriels visant à poser les bases de son expansion sur le premier marché électrique mondial. Le Groupe s’est par exemple associé au constructeur chinois Dongfeng pour déployer ses premières infrastructures industrielles dans le pays dès 2013. Le partenariat a ensuite été prolongé par la création d’une co-entreprise entre l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et Dongfeng. C’est cette joint-venture, eGT New Energy Automotive Co. Ltd., qui va prendre en charge la production de Renault City K-ZE depuis son usine de Shiyan.

Renault a par ailleurs annoncé en décembre 2018 une prise de participation significative dans JMEV, la filiale dédiée au véhicule électrique du constructeur chinois JMCG. Finalisée courant 2019 après approbation des autorités locales, cette opération doit permettre aux deux groupes de renforcer leurs positions respectives sur le marché de l’électrique grâce à la complémentarité de leurs compétences.

Copyrights : iStock, Zulong JIANG (BEIJING NDC STUDIO,INC.)

Articles les plus lus