Voitures électriques et infrastructures de recharge : une hausse exponentielle

Publié par le 10.03.2020 - 4 min

Nous assistons actuellement à une mutation profonde du monde automobile, avec la progression fulgurante des véhicules électriques. Dans le même temps, le maillage des infrastructures de recharge s’étend pour rendre leur utilisation plus facile.

Les ventes de véhicules électriques n’ont jamais été aussi importantes en Europe. En 2018, près de 200 000 véhicules zéro émission* y ont été immatriculés, soit une augmentation de 45 % par rapport à 2017. En 2019, les chiffres de ventes font état de plus de 360 000 immatriculations, soit une nouvelle hausse de plus de 70 %. Un marché porté par la Norvège et les Pays-Bas, qui représentent à eux deux près d’un tiers des véhicules électriques vendus sur le Vieux Continent.

Et l’augmentation va perdurer : on estime le marché 2025 à 2 millions d’unités. La Scandinavie continuera d’être une forte contributrice, mais les perspectives de vente sont également élevées au Royaume-Uni, en Allemagne et en France.

Des ventes multipliées par près de 20 ! 

Dans le monde, les immatriculations de voitures électriques ont atteint 1,26 million en 2018. Un chiffre qui contraste avec les 330 000 ventes en 2015… On attend maintenant une courbe de progression qui continue de grimper, et qui permettra d’atteindre les 6 millions d’immatriculations en 2025.

Ventes de voitures électriques dans le monde

La Chine, premier marché mondial

Alors qu’on ne comptait que 300 000 voitures électriques en Chine en 2013, l’Empire du Milieu en est aujourd’hui le premier consommateur mondial. Sur 1,1 million de véhicules électrifiés vendus sur place en 2018, 700 000 étaient 100 % électriques. En 2019, ce chiffre est passé à 800 000, et les prévisions des ventes de véhicules électriques en Chine pour 2025 sont aujourd’hui établies à 4 millions. Ce chiffre indique que la Chine absorbera deux tiers des ventes mondiales de véhicules électriques d’ici cinq ans.

nombre de véhicules en circulation en chine

Des bornes de recharge en nombre

Aujourd’hui, grâce aux voitures électriques de dernière génération, comme par exemple la nouvelle Renault ZOE, il est possible de parcourir jusqu’à 395 kilomètres (cycle WLTP**) sans recharger. L’augmentation du nombre de points de recharge, va permettre de les alimenter plus facilement, et contribuer à accroître leur rayon d’action. L’immense majorité des européens estiment qu’il est toutefois indispensable de disposer d’une borne de recharge à domicile ou au travail avant de basculer dans l’électromobilité.

Pour permettre à chacun de s’équiper, les pouvoirs publics qui ont légiféré autour du droit à la prise. Une directive européenne, appuyée par des textes de lois locaux, facilitent les démarches pour les habitants des immeubles collectifs pour se doter d’une infrastructure de recharge, et impose cet équipement aux maîtres d’œuvre impliqués dans la construction des nouveaux immeubles. Par ailleurs, les constructeurs automobiles et des opérateurs privés participent via des consortiums au déploiement des réseaux de recharge rapide ou semi-rapide facilement accessibles, avec ou sans abonnement.

Bornes de recharges en Europe

La complémentarité entre la recharge à domicile ou au travail, les bornes semi-rapides en voirie et les superchargeurs sur autoroute constitue un éventail de solutions qui permet d’utiliser plus sereinement son véhicule électrique. Aujourd’hui, le nombre de points de recharge publics est de 170 000 en Europe (dont 28 000 sur le territoire français). Il va continuer d’augmenter et passer à 500 000 dès cette année, pour atteindre 3 millions à l’horizon 2030. En France par exemple, l’objectif est d’atteindre 100 000 bornes en 2022, puis de continuer d’accélérer en visant 1,5 million de bornes en 2035.

 

* Zéro émission à l’usage : ni émissions CO2 ni polluants atmosphériques réglementés lors de la conduite, conformément au cycle d’homologation WLTP, hors pièces d’usure.

** Autonomie WLTP en cycle mixte (Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Procedure, cycle normalisé : 57 % de trajets urbains, 25 % de trajets péri-urbains, 18 % de trajets sur autoroute).

Copyrights : 4kodiak

Articles les plus lus