La voiture connectée, déjà une réalité

Publié par le 01.04.2020 - 3 min

Saviez-vous que tous les véhicules neufs sont d’ores et déjà connectés ? Les véhicules électriques en sont l’exemple de par leur capacité à se charger aux bons endroits et aux bons moments. Plus intelligente, plus sûre, plus facile à utiliser, la voiture connectée offre de nombreux avantages. Et ce n’est que le début, puisque la voiture autonome sera forcément connectée.

Qu’est-ce qu’un véhicule connecté ?

Un véhicule connecté dispose d’une interface de type 3G/4G afin d’échanger des informations avec des serveurs de données par internet, d’autres véhicules ou encore l’infrastructure. L’objectif du véhicule connecté est d’apporter davantage de sécurité, d’économiser du temps sur les déplacements, de réduire les émissions de polluants, d’intégrer des fonctions connectées aux systèmes d’info-divertissement et, à terme, de rendre possible l’autonomie complète du véhicule.

Connecter son smartphone et sa voiture

Relier son téléphone à son véhicule est devenu naturel. Cela a commencé avec le Bluetooth®, et cela se prolonge aujourd’hui avec les systèmes comme Mirror Link, Apple CarPlay et Android Auto, qui répliquent tout ou partie de l’interface du smartphone sur l’écran d’info-divertissement du véhicule. Mais la puce 3G/4G, désormais obligatoire dans les voitures neuves, permet également de piloter certaines fonctions à distance, depuis son smartphone, ou encore d’envoyer au GPS une destination choisie à la maison sur Google Maps.

Renault EASY CONNECT

Chez Renault, les fonctions de connectivité sont rassemblées sous l’appellation EASY CONNECT : on y trouve des fonctionnalités telles que l’infotrafic TomTom en temps réel, l’assistant d’aide à la conduite Coyote, Apple CarPlay et Android Auto ou encore l’application mobile MY Renault.

ZOE Smartphone

Les avantages du véhicule connecté

Un véhicule connecté est d’abord un véhicule plus sûr. En cas d’accident, la fonction eCall contactera automatiquement les services de secours, en indiquant sa position. Le véhicule connecté est capable de signaler un danger (route glissante, ralentissement) avant que l’on arrive dessus. Il est aussi capable de naviguer en évitant au maximum les embouteillages, ce qui permet de gagner du temps et de réduire la pollution.

Le véhicule connecté sait également analyser son environnement et s’y adapter. Il exploite sa connectivité pour optimiser les performances de ses aides à la conduite, mais peut également s’en servir pour construire un « horizon électronique », c’est à dire une cartographie connectée recensant les limitations de vitesse, le profil de la route, la courbure des virages. Au final, le véhicule connecté est plus sûr et plus facile à vivre.

Quel avenir pour le véhicule connecté ?

Voitures autonomes

Le véhicule connecté n’en est qu’à ses débuts ! Il est déjà capable de mettre à jour les logiciels de certains calculateurs afin d’ajouter de nouvelles fonctionnalités en évitant de repasser en atelier, et cette fonction continuera de s’étendre à l’avenir. Il pourra également communiquer avec l’infrastructure routière (feux de signalisation, capteurs météo, péages…) de manière à prévenir des dangers ou faciliter la conduite. On peut imaginer, par exemple, un système indiquant au tableau de bord la vitesse à respecter afin de négocier toute une série de feux tricolores au vert (on parle d’« onde verte »).

Il dialoguera également avec d’autres véhicules. Par exemple, si celui qui vous précède déclenche son contrôle électronique de stabilité sur une plaque de verglas, vous en serez informé plusieurs centaines de mètres en amont.

Véhicule connecté et véhicule autonome

Le véhicule autonome pourra coopérer avec d’autres véhicules, les informant de ses intentions de conduite (par exemple dans le cas d’un changement de voie). Car conduire, c’est communiquer (avec les autres usagers de la route) et s’informer (déchiffrer la signalisation, éviter embouteillages et accidents…). Toutes ces choses, nous les faisons naturellement. Mais pour compléter les données recueillies par ses capteurs, la voiture autonome utilisera les données du cloud pour se créer un « horizon numérique ». Elle communiquera également avec les autres véhicules afin de connaître leurs intentions, voire avec l’infrastructure pour assurer un maximum de sécurité et de redondance.

 

Copyright : metamorworks, IGphotography

Articles les plus lus