Tout savoir sur la voiture hybride rechargeable

Publié par le 10.06.2021 - 4 min

Combinant moteur thermique et moteur(s) électrique(s), la voiture hybride rechargeable transforme notre regard sur l’automobile. Plus respectueuse de l’environnement, plus souple dans son usage, cette catégorie de véhicules bénéficie des technologies les plus récentes en matière de motorisation et de recharge des batteries.

Qu’est-ce que la voiture hybride rechargeable ?

On les appelle aussi « PHEV », pour Plug-in Hybrid Electric Vehicule. Les voitures hybrides rechargeables utilisent une motorisation thermique et une motorisation électrique sur batterie rechargeable. Ces deux parties fonctionnent soit de concert, soit alternativement : on va dès lors pouvoir rouler soit en 100 % électrique, soit en 100 % thermique, soit en mode combiné. Les véhicules Renault de ce type passent d’une motorisation à l’autre, le démarrage s’effectuant toujours en électrique. Spécificité de la gamme Renault E-TECH, ce démarrage 100 % électrique s’explique par la présence d’un moteur dédié (un alterno-démarreur) qui génère les premiers tours de roue.

La voiture hybride rechargeable peut donc se brancher sur secteur. L’autonomie gagnée en rechargeant la batterie permet au véhicule de rouler en 100 % électrique sur plusieurs dizaines de kilomètres. Cette recharge peut s’effectuer à domicile (sur des prises standard, sur des modèles renforcés de typeGreen UpTM ou sur une Wallbox) ou sur une borne publique jusqu’à 22kW.  

Comment fonctionne l’hybride rechargeable ?

Sur le principe d’une voiture hybride, une voiture hybride rechargeable combine le fonctionnement d’une automobile thermique et celui d’un véhicule électrique. Deux types de motorisations cohabitent : l’une, thermique, utilise un réservoir à carburant pour stocker son énergie, l’autre, électrique, puise dans une véritable batterie électrique de traction (différente de la batterie dédiée aux accessoires).

Une voiture hybride rechargeable se meut par l’action du moteur électrique au démarrage, puis lors des phases de roulage sur batterie, dès qu’elle est suffisamment rechargée. Si tel n’est pas le cas, notamment pour parcourir de longs trajets sans recharge, elle est propulsée par un moteur essence

RENAULT MEGANE IV ESTATE E-TECH PLUG-IN

Les moteurs d’une voiture hybride rechargeable

Reliés entre eux par un répartiteur de puissance qui arbitre la source d’énergie de la traction, deux à trois moteurs cohabitent dans un véhicule hybride rechargeable.
Le moteur thermique, approvisionné en carburant, peut propulser la voiture hybride rechargeable ; sa puissance entraînant un arbre de transmission qui tourne pour faire avancer le véhicule.
Un à deux moteurs électriques sont également installés. Ils sont sollicités au roulage en fonction de l’autonomie de la batterie, c’est-à-dire dès qu’elle a été rechargée sur secteur et/ou grâce à la récupération d’énergie. La motorisation électrique est également sollicitée au démarrage dans 100 % des cas sur les véhicules Renault. Elle offre un couple et une puissance optimaux, et assure seule la traction du véhicule sur plusieurs dizaines de kilomètres. 

Comment se recharge une voiture hybride rechargeable ?

La batterie d’une voiture hybride rechargeable se connecte à une source d’électricité via une prise située généralement sur le côté de la voiture opposé à la trappe à carburant. Un câble de recharge relie alors le véhicule à une borne de recharge, qu’elle soit domestique ou publique.

Une voiture hybride rechargeable retrouve ainsi de l’autonomie à la maison, au moyen d’une prise classique, d’une prise renforcée (type Green’UpTM) ou d’une Wallbox, ces dispositifs installés par des professionnels et qui offrent des puissances importantes de recharge. Dans l’espace public, les bornes dotées d’une puissance allant jusqu’à 22kW, qu’elles se situent en ville, sur parking ou sur une aire d’autoroute, rechargent également les batteries des hybrides rechargeables. A partir de 3,7 kW minimum, le temps de recharge diminue de moitié par rapport à une prise classique, ce qui permet de regagner 65 kilomètres d’autonomie en moins de trois heures ! Comme pour les véhicules 100 % électriques, les points de charge pour retrouver de l’autonomie électrique se multiplient.

La voiture hybride rechargeable retrouve également quelques kilomètres d’autonomie lors des phases de décélération et de freinage récupératif. Cela lui procure un gain d’énergie complémentaire à la recharge sur prise. En effet, au roulage, la batterie bénéficie de la récupération d’énergie cinétique, une technologie intégrée à tous les véhicules hybrides et électriques de Renault Group. Le conducteur peut d’ailleurs, pour optimiser la récupération d’énergie, activer le mode B, qui augmente la décélération lorsqu’on relâche la pédale d’accélération sans freiner. Une manière plaisante de regagner de l’autonomie, notamment en ville, en modulant sa vitesse avec une seule pédale.

L’autonomie d’une voiture hybride rechargeable

Son autonomie est fonction de la taille de sa batterie et de celle de son réservoir de carburant. Intéressons-nous plus particulièrement à l’autonomie du véhicule hybride rechargeable en mode 100 % électrique : c’est le moment où la voiture ne consomme pas de carburant fossile, ni n’émet de gaz à effet de serre ou de particule polluante à l’échappement. Pour une voiture hybride rechargeable, comme la Renault Captur E-TECH Plug-In, une batterie lithium-ion offre 50 kilomètres de rayon d’action en cycle mixte WLTP*. De quoi couvrir largement les trajets quotidiens (domicile-travail par exemple) en mode 100 % électrique, sans avoir à passer à la station-service.
Une autre valeur, l’autonomie totale, donne le rayon d’action du véhicule après un plein de carburant et une pleine recharge : le fait que le réservoir d’une hybride rechargeable soit un peu moins volumineux que celui d’un modèle thermique équivalent est compensé par l’autonomie électrique. 

Intérieur : RENAULT CAPTUR E-TECH

Combien coûte une hybride rechargeable ?

Le prix dépend des modèles choisis et du niveau de finition. Pour l’heure, et compte tenu de la nouveauté de cette technologie, ce coût est supérieur à celui d’un modèle thermique équivalent en puissance (de l’ordre de 19 % sur Renault Captur E-TECH plug-in hybrid, par exemple, hors subventions). Cependant, le coût du PHEV est compensé par les primes possibles à l’achat dans différents pays (voir plus bas). La consommation d’énergie d’un véhicule hybride rechargeable implique également un coût à l’usage moindre, les passages à la station-essence étant moins fréquent grâce aux recharges électriques régulières du véhicule. Ainsi, la consommation de carburant des véhicules de la gamme Renault E-TECH Plug-in hybrid baisse de 75 % par rapport aux véhicules thermique, à condition d’utiliser le moteur électrique de manière quotidienne et en effectuant si besoin une recharge par jour 

Quelle est la différence entre hybride et hybride rechargeable ?

Le principe de la voiture hybride rechargeable découle directement de la technologie hybride. Cependant, la possibilité de recharger le véhicule à l’arrêt, en borne de recharge à domicile ou sur la voie publique, implique des différences entre voiture hybride et voiture hybride rechargeable. Une hybride rechargeable possède ainsi une batterie de plus grande taille, et donc de plus grande capacité, ce qui lui offre une autonomie plus importante en mode 100 % électrique.
Dans la gamme Renault, il existe une version hybride classique de la Clio, la Clio E-TECH hybrid, et des véhicules hybrides rechargeables, comme la Captur E-TECH plug-in hybrid ou la Megane E-TECH plug-in hybrid. Chacune offre des usages variés à ses conducteurs.

Quels sont les avantages de la voiture hybride rechargeable pour l’utilisateur ?

Avec un moteur électrique sur batterie rechargeable, une voiture hybride rechargeable peut réaliser tous les trajets du quotidien en mode 100 % électrique, pour une mobilité électrique à bas coût énergétique et environnemental.

Intégrant un moteur thermique, une voiture hybride rechargeable a accès au large réseau des stations-services et possède une autonomie similaire à une voiture essence avec un plein.

Les deux motorisations cumulées couvrent donc les usages les plus répandus d’une voiture. En ville, et pour les trajets du quotidien mêlant partie urbaine, route et autoroute, le mode 100 % électrique sera plébiscité. Avec une recharge quotidienne par exemple, son propriétaire roule sans émissions à l’échappement. Le moteur thermique prend le relais sur les trajets longue distance. Les voitures hybrides rechargeables suffisent donc à couvrir les besoins hebdomadaires sur quelques dizaines de kilomètres en 100 % électrique (50 kilomètres WLTP* sur un modèle Renault E-TECH plug-in hybrid) et à partir plus loin, en week-end ou en vacances par exemple, avec le relai du moteur thermique sans avoir à se soucier des questions de recharge.

Connectivité

Quelle prime pour l’achat d’une voiture hybride rechargeable ?

En France, les voitures hybrides rechargeables bénéficient d’une subvention à l’achat sous réserve que les véhicules acquis puissent accomplir au moins 50 kilomètres en tout-électrique. Une prime à la conversion et/ou un bonus écologique peuvent en faciliter l’achat. L’Allemagne a développé une prime à l’achat et une réduction de la taxe de circulation pour les hybrides rechargeables, tout comme les Pays-Bas. La Norvège défiscalise l’achat de véhicules hybrides rechargeables, qu’ils soient personnels ou professionnels. Et la Grande-Bretagne octroie des avantages fiscaux aux propriétaires de véhicules de société rechargeables. 

Les pays européens manifestent leur intérêt pour cette technologie et le remplacement du parc automobile thermique par des modèles électrifiés, car les politiques incitatives votées ces dernières années sont nombreuses. 

Pratique et novatrice, la voiture hybride rechargeable combine les possibilités offertes par l’électrique et par le thermique. Comme les véhicules 100 % électriques et les hybrides non rechargeables, ces modèles, telles la Renault Captur E-TECH Plug-in hybrid ou la Megane E-TECH Plug-in hybrid, incarnent l’électrification progressive de la mobilité. 

 

* Autonomie WLTP en cycle mixte (Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Procedure, cycle normalisé : 57 % de trajets urbains, 25 % de trajets péri-urbains, 18 % de trajets sur autoroute).

Copyrights : HILL Dave, PLANIMONTEUR, Jean-Brice LEMAL

Articles les plus lus