play Lire la vidéo

Vidéo : Aux Pays-Bas, la voiture électrique au cœur des éco-quartiers

Publié par le 21.03.2019 - 3 min

L’éco-quartier de Lombok, situé à Utrecht, aux Pays-Bas, illustre comment le véhicule électrique s’intègre au sein de réflexions plus larges sur la ville, les modes de consommation ou les réseaux de distribution d’énergie.

La transition vers la mobilité électrique n’est pas qu’une affaire de constructeur automobile : elle implique les collectivités locales, les industriels de l’énergie et toutes les entreprises qui conçoivent ou distribuent des solutions en rapport avec la recharge,
l’autopartage, la circulation ou le stationnement.

Avec autant de parties prenantes, difficile d’avancer sans une véritable démarche de co-construction. Différents acteurs publics et privés de la province d’Utrecht, aux Pays-Bas, ont donc imaginé la mise en œuvre d’un projet d’éco-mobilité grandeur réelle. Pour ce faire, ils ont fait appel à des partenaires partisans de l’open innovation.

Autopartage et énergies renouvelables

Opéré par la startup LomboXnet, le service d’autopartage We Drive Solar déployé dans le quartier de Lombok s’appuie sur une flotte de 150 ZOE proposées aux habitants sur le mode du libre-service.
De nombreuses places de stationnement leur sont réservées, aisément reconnaissables à leurs bornes de recharge. Si ces dernières sont raccordées au réseau électrique, elles sont aussi alimentées par plusieurs milliers de panneaux solaires installés sur les toits avoisinants : une énergie 100 % renouvelable.

Faire de la voiture une composante du réseau électrique

En plus de soutenir We Drive Solar, Renault est activement impliqué dans le développement de nouvelles solutions liées à l’énergie solaire. La startup néerlandaise JEDLIX, détenue à 25 % par Renault, apporte notamment une application capable de piloter la recharge de façon intelligente. Elle sait par exemple déclencher la charge quand la production d’énergie renouvelable bat son plein ou quand le réseau dispose de capacités excédentaires. Certains conducteurs néerlandais de ZOE la connaissent bien : appelée Renault Z.E. Smart Charge, elle les aide à diminuer le coût de la charge à domicile.

Le réseau de recharge est même capable d’aller puiser dans les batteries des véhicules électriques pour compenser une éventuelle carence en approvisionnement. La voiture est ainsi partie prenante du réseau électrique dans une véritable logique de
vehicle-to-grid.

Poser les bases d’une électricité intelligente

Utrecht, qui compte aujourd’hui 350 000 habitants et en attend 50 000 supplémentaires dans les dix prochaines années, veut maintenant déployer des bornes de recharge dans l’ensemble de la ville afin que cette électricité provenant de sources renouvelables – et abordable – profite au plus grand nombre. Renault continuera avec de nombreux partenaires à accompagner le développement des réseaux électriques de demain, notamment aux Pays-Bas aux côtés de startups telles que JEDLIX ou LomboXnet.

Copyrights : iStock, Renault Communication

Articles les plus lus