Vers de nouveaux services de mobilité électrique à Paris

Publié par le 05.07.2018 - 5 min

Le 4 juillet dernier, la ville de Paris et le Groupe Renault ont annoncé la mise en commun de leur expertise, au service du développement d’une mobilité durable, électrique et partagée, pour les Parisiens, les Franciliens et les visiteurs.

La première étape de cette démarche est le déploiement d’une flotte de véhicules électriques multi-servicielle. Mais la Ville de Paris et le Groupe Renault souhaitent aller encore plus loin, en initiant un groupe de travail ouvert, associant métropoles et entreprises, dans l’objectif de penser collectivement les évolutions de la mobilité dans la ville. Retour sur les points clés de cette annonce.

De nouvelles mobilités électriques et partagées ambitieuses

Face aux défis environnementaux et de santé publique mais également pour faciliter les déplacements, l’accessibilité et l’attractivité économique à Paris, le Groupe Renault va déployer progressivement, à partir de septembre 2018, une offre commerciale de mobilité électrique en Île-de-France.

Le partage d’expertise a été annoncé le mercredi 4 juillet 2018 par Anne Hidalgo, Maire de Paris et Présidente du C40, l’organisation qui rassemble les plus grandes villes du monde dans le but de lutter contre le dérèglement climatique, et Thierry Bolloré, Directeur Général Adjoint du Groupe Renault. « Cela va permettre d’offrir aux Parisiens et aux Franciliens un cadre de vie plus sain, dans un environnement moins pollué, où chacun pourra se déplacer plus facilement », s’est réjouie la Maire de Paris.

Quel dispositif pour Paris ?

Le Groupe Renault s’appuiera sur sa gamme de véhicules électriques, afin de proposer un éventail complet de solutions aux Parisiens et aux Franciliens. Objectif ? Leur offrir des alternatives à la détention d’un véhicule personnel, pour des trajets courts, en complément des transports en commun, comme pour des voyages en dehors de Paris.

Dès septembre 2018, Renault proposera ainsi trois types d’offres commerciales, avec un seul mot d’ordre : l’électrique. Le Groupe Renault va tout d’abord doter sa propre solution de voitures de transport avec chauffeur (VTC), Marcel, de véhicules électriques, et la mettre en place à Paris et en Île-de-France.

Il proposera ensuite des véhicules électriques autopartagés en « flotte libre », c’est-à-dire en libre-service sans stations de dépôt ou de collecte. Enfin, le Groupe Renault déploiera une solution d’autopartage en boucle : accessibles 24 heures/24 et 7 jours/7 depuis des parkings dédiés ou partenaires, ces véhicules électriques pourront servir à des trajets plus longs.

Ces trois offres représenteront une flotte 100 % électrique d’environ 2 000 voitures en libre-service à Paris, d’ici fin 2019. Les utilisateurs auront le choix entre Twizy, ZOE, mais également les véhicules utilitaires légers, à savoir Kangoo Z.E. et Master Z.E., le fourgon électrique de Renault.

Services d’autopartage : les précédents en Europe

Pour répondre aux enjeux de mobilité en ville, de nombreux opérateurs privés et collectivités ont mis en place des services d’autopartage utilisant des véhicules électriques Renault. Lancé en décembre dernier dans la capitale espagnole, Zity est un système « en flotte libre » qui permet de réserver, via une application, l’une des 500 ZOE de la flotte madrilène. L’utilisateur peut ensuite stationner la voiture à l’emplacement de son choix, sans nécessairement la brancher sur une borne. Ce service d’auto-partage a déjà séduit plus de 100 000 utilisateurs en à peine plus de six mois d’existence.

Deux autres exemples ? A Bologne, l’opérateur italien Corrente déploiera une flotte de 120 ZOE d’ici octobre 2018. Au Danemark, Green Mobility propose déjà 450 ZOE en autopartage, sans oublier Marseille et Montpellier, où la société Totem Mobi met à disposition une flotte de 170 quadricycles Renault Twizy, dans des lieux mal desservis par les transports en commun.

Le Groupe Renault, leader européen de la voiture électrique

« Les villes et les constructeurs automobiles ont vocation à s’allier pour l’avenir de la mobilité. Paris et le Groupe Renault ouvrent aujourd’hui la voie en faisant converger leur action dans les domaines de l’autopartage et des motorisations électriques », a déclaré Anne Hidalgo. Le partage d’expertises avec Renault était donc évident.

Pionnier de l’électrique, le Groupe Renault n’en est pas à son coup d’essai en matière de mobilité partagée. Via son offre Renault Mobility, lancée dès 2016, le constructeur propose la location de véhicules en libre-service 24/7, sur l’ensemble du territoire français, à destination des entreprises et des particuliers.

« Leader du véhicule électrique en Europe, le Groupe Renault est aussi un acteur des services de mobilité depuis plusieurs années, notamment à travers Renault Mobility ou le système d’autopartage Zity à Madrid », a commenté Thierry Bolloré. Le nouveau service de véhicules électriques autopartagés en libre-service sans stations de dépôt ou de collecte, qui va voir le jour dès septembre 2018 à Paris, s’inspire largement de Renault Mobility et de Zity.

C’est donc un nouveau chapitre de la mobilité urbaine en Europe que la métropole de Paris et le leader européen du véhicule électrique s’apprêtent à écrire ensemble.

Articles les plus lus