Les mobilités du futur sur la piste de l’inclusion

Publié par le 04.11.2020 - 4 min

Comment penser les mobilités du futur sans réfléchir à leurs dimensions inclusives ? Systèmes autonomes, accompagnement dans les territoires, applications… Des solutions émergent pour, offrir demain, à tous et à toutes, les moyens de se déplacer. Petit florilège d’initiatives motrices d’inclusion.

Selon la très récente enquête nationale « Mobilité et en modes de vie en 2020 » réalisée par le Forum Vies Mobiles : 3 français sur 4 déclarent être contraints dans leurs déplacements. Une inégalité qui peut produire des conséquences sociales terribles au quotidien. Et pour cause : 1 Français sur 4 a déjà renoncé à un emploi pour le motif d’avoir des difficultés à se déplacer. Mais les acteurs du secteur redoublent d’effort pour imaginer des modèles accessibles à tous et peut-être revenir à la promesse initiale de la mobilité : se mouvoir en toute liberté. Les enjeux ? Réduire les conséquences sociétales de telles inégalités, décloisonner les territoires et potentiellement s’ouvrir à de nouveaux marchés…

Miser sur la refonte des transports territoriaux

« La première urgence est de s’interroger sur les fractures sociales et territoriales, et in fine sur l’égalité de l’offre de mobilité en France », a récemment déclaré Valérie Dreyfuss, déléguée générale du laboratoire de la mobilité inclusive. Ces fractures sociales, au cœur des territoires, soulèvent le rôle des collectivités territoriales et de leur accompagnement dans l’émergence de nouveaux services inclusifs. Mais agir sur l’égalité de l’offre nécessite souvent de repenser nos infrastructures. Transdev, un opérateur de mobilités français propose par exemple des solutions pour accompagner le transport des personnes en situation de handicap. Comment ? En aménageant des stations et rampes d’accès des véhicules, en déployant des tramways et bus à plancher bas​ et en travaillant la signalétique et les canaux de communication visuelle, sonore ou sensible.

Un accompagnement au cœur de la mobilité

Personne âgée sur son mobile

« Compagnon de route », un métier du futur ? Tout porte à croire que l’accompagnement des personnes en situation de handicap dans leur déplacement sera un service indispensable dans nos territoires si l’on souhaite entamer la transition inclusive des mobilités. Mon Copilote, lui, joue le jeu ! Son modèle ? Accompagner les personnes à mobilité réduite dans leurs déplacements, qu’ils soient professionnels, quotidiens ou de loisirs. La plateforme permet « aux pilotes et copilotes de choisir leur mode de transport : voiture, train, avion, bus, métro ou même à pied », et de se faire accompagner. Autre initiative : Wheeliz. Créée par Charlotte de Vilmorin, cette start-up se définit comme le Airbnb du véhicule aménagé, et permet des véhicules aménagés pour les personnes à mobilité réduite, le tout entre particuliers.

Les systèmes autonomes, l’avenir de la mobilité inclusive ?

Ses promesses de rapidité et de fiabilité nous ont peut-être fait oublier sa dimension inclusive mais la voiture autonome a beaucoup à offrir en la matière ! Shelley Lin, une professeure en génie électrique et informatique à Northeastern, aux États-Unis, s’est donnée pour objectif d’utiliser l’intelligence artificielle pour révolutionner le transport des personnes aveugles et malvoyantes. Mais le défi est de taille ! Il s’agit d’analyser les données en temps réel et de donner des instructions fiables avec la nécessité de comprendre les mouvements et les comportements des passagers. En résumé, il faut pouvoir créer des communications bidirectionnelles entre le véhicule et les passagers : « Dans un véhicule autonome, les personnes voyantes seront très distraites. Ils ne seront pas conscients de leur environnement, tout comme une personne aveugle le sera, alors dans ce cas, nos travaux pourraient également les soutenir, ce qui représente un nombre énorme de personnes », explique Nicholas Giudice, professeur d’informatique spatiale à l’Université du Maine.

Les mobilités du futur devront penser la question du genre, du handicap, de l’âge, ou encore de la diversité des territoires et de leurs réalités économiques. La pandémie pourrait-elle accélérer le virage inclusif des mobilités ? C’est l’espoir du Forum Économique Mondial qui désormais évoque la notion de mobilité universelle et qui mise sur l’innovation, les partenariats publics-privés et la coopération pour faire de la mobilité, demain, une réalité pour tout le monde, sans exceptions…

 

Vincent Thobel, journaliste L’ADN
L’ADN est le média de l’innovation qui analyse chaque jour les meilleurs concepts de la nouvelle économie sur le web et en format revue.

 

 

Copyrights : Unsplash – Joshua Hoehne, Unsplash – Robert Ruggiero