Des communautés passionnées par l’électrique

Publié par le 09.01.2019 - 5 min

Venus à l’électrique pour des raisons pragmatiques, ils ont découvert que l’agrément de conduite et le confort dépassaient largement leurs attentes. Désormais, ils se regroupent en ligne pour partager bons plans, astuces et records de distance. Ils étaient simples conducteurs, ils sont aujourd’hui fiers d’appartenir à une communauté.

Lorsque les vacances approchent, l’heure est aux bons plans : dans les groupes Facebook dédiés aux conducteurs de Renault ZOE, on s’échange les adresses à connaître pour profiter d’une recharge rapide à tout petit prix pour les prochains grands trajets à venir.

Chez ces amateurs, souvent propriétaires d’une ZOE depuis plusieurs années, on ne redoute pas les longues distances. « Bien arrivé en Bretagne après 890 Km », se réjouit par exemple Denis dans le groupe Facebook « Renault ZOE Francophone ».
Dans les commentaires qui suivent, on discute de la meilleure façon d’aborder un tel voyage. De l’avis général, il suffit simplement d’emprunter les routes ouvertes plutôt que les voies rapides, et de mettre à profit les pauses recharge pour les repas ou une visite. « 
Ça doit bien faire 100 euros d’essence économisés et probablement autant d’autoroute », apprécie Jérôme, un autre membre du groupe lui aussi possesseur d’une ZOE.

« Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage »

La comparaison entre thermique et électrique amuse beaucoup ces passionnés. Ils se partagent des captures d’écran de leurs factures de révision, accompagnées d’émoticônes et de commentaires amusés. « Moins de 40 € pour 93 373 km et un peu plus de 5 ans 😂 », plaisante David, en réponse à une conversation sur le prix de l’entretien. Sur la facture jointe, on constate la simplicité de l’intervention : un forfait révision consistant principalement en des contrôles, accompagnés de la remise à niveaux des liquides de frein et lave-glace.

Impossible de faire marche arrière. Pour beaucoup, l’objectif est même de faire de l’électrique l’unique moyen de transport privé du foyer. « Ça fait un an que j’ai ma ZOE… d’abord avec l’idée d’en faire ma voiture pour les déplacements locaux, avec notre autre voiture pour les vacances ou les grandes distances. Un an et 30 000 kilomètres plus tard, nous n’avons plus qu’une seule voiture », témoigne Marie-Louise, une internaute anglaise membre du groupe « Renault Zoe Owners Club ».

Une véritable relation affective


La relation qui se noue n’est pas qu’utilitaire : au gré des messages, on réalise que ces conducteurs portent une véritable affection à leur voiture électrique. Certains conducteurs affublent leur ZOE d’un surnom, comme si la voiture avait sa personnalité propre, joueuse et facile à vivre. Ceux qui conduisent pour la première fois leur propre voiture électrique s’étonnent de réentendre certains bruits de la circulation dont ils avaient oublié l’existence. D’autres s’amusent de l’accélération linéaire propre au moteur électrique qui confère à ZOE sa vivacité et son silence.

Les fans saluent également le confort de son habitacle et ses volumes intérieurs. Parfois, ils la font s’aventurer sur des terrains quelque peu inattendus, comme cette ZOE reconvertie en taxi ambulance envoyée en mission sur des chemins forestiers.

Le bonheur, ça se partage

Les témoignages de panne ou d’incident technique se font rares. Au quotidien, il n’est jamais question de vidange, de bougies ou de boîte de vitesse. Les conversations pratiques tournent plutôt autour de la recharge et de l’éco-conduite : les néophytes veulent comprendre comment se fait l’accès aux stations de recharge publiques, tandis que les amateurs avertis tiennent le suivi de leur consommation en kWh et débattent du potentiel impact positif de la limitation de vitesse à 80 Km/h sur leur autonomie.

Dans ces communautés, on accueille les nouveaux venus avec bienveillance et l’on se réjouit quand un proche franchit le pas.
« 
Ma mère a maintenant une voiture électrique baptisée Deborah. Je suis si fière ! », s’exclame par exemple Daisyboof depuis Bythorn, dans la campagne anglaise.
Au-delà du plaisir de la passion partagée, promouvoir la voiture électrique est pour ses adeptes le meilleur moyen de la rendre accessible au plus grand nombre. Derrière la joie de voir leur passion partagée, ils y voient la perspective de profiter d’infrastructures toujours plus adaptées.

Copyrights : Yannick BROSSARD, PLANIMONTEUR

Articles les plus lus