Les voitures électriques montent le son !

Publié par le 16.09.2019 - 2 min

Adieu, monde du silence ? Depuis le 1er juillet 2019, les voitures électriques sont obligées de… faire du bruit ! Une nouvelle norme européenne destinée à améliorer la sécurité, sans pour autant induire de pollution sonore supplémentaire. Décryptage.

La voiture électrique et l’absence de bruit

Depuis toujours, nous sommes habitués à entendre les voitures venir de loin : le bruit de leur moteur thermique reste reconnaissable entre mille. Cette signature sonore n’est d’ailleurs pas sans poser des problèmes de santé publique dans les grandes villes : perturbation du sommeil, effets néfastes sur les systèmes endocrinien, cardio-vasculaire et immunitaire…

Dans ce domaine, les voitures électriques ont évidemment un énorme avantage ! Au contraire d’un moteur à combustion interne, qui utilise l’énergie dégagée par combustion d’un carburant pour générer du mouvement, le moteur électrique fonctionne grâce à des champs électromagnétiques et est silencieux. Seul un léger chuintement, principalement lié à la boîte de réduction qui lui est accolée, se fait entendre. Reposant pour les oreilles… mais potentiellement déroutant pour les autres usagers de la route, guère habitués à côtoyer des véhicules aussi peu bruyants.
Le risque est donc réel que le silence des voitures électriques n’engendre des accidents liés à l’inattention. Au premier rang des usagers les plus exposés à ce risque : les piétons (notamment les enfants, les non-voyants et malvoyants) et les cyclistes.

La voiture électrique est-elle obligée de faire du bruit ?

nouvelle-zoe-bleue-bruit

Pour éviter tout drame, une nouvelle législation de l’Union Européenne est entrée en vigueur au 1er juillet 2019. Votée dès le printemps 2014, la directive 540/2014 rend obligatoire l’installation sur les véhicules électriques d’un « système d’avertissement acoustique du véhicule », ou AVAS. En clair : d’un bruiteur ! À vrai dire, certains constructeurs automobiles avaient déjà devancé l’appel.

C’est notamment le cas de Renault : la ZOE dispose ainsi depuis 2014 d’un petit haut-parleur situé à l’avant, près du moteur, afin de diffuser des sons d’avertissement. Trois bruits sont sélectionnables par le conducteur, mais dans tous les cas ils se caractérisent par deux particularités : une tonalité qui varie avec la vitesse, de façon que les passants puissent identifier à l’oreille si le véhicule est en train d’accélérer ou de ralentir, et un son qui se désactive au-delà de 30 km/h. En effet, à partir de cette vitesse, le bruit émis par les pneumatiques ou par l’écoulement de l’air le long de la carrosserie suffisent à signaler la présence de l’auto.

Une norme européenne pour le bruit des véhicules électriques

L’objectif de cette nouvelle réglementation européenne est de généraliser ces systèmes d’avertisseur AVAS, tout en encadrant leur fonctionnement. Cette norme préconise ainsi que le bruit soit émis depuis le démarrage jusqu’à « environ 20 km/h » d’après le texte officiel, y compris en marche arrière. L’AVAS doit également pouvoir être désactivé manuellement par le conducteur, mais doit se réactiver automatiquement au redémarrage de la voiture. La directive précise également que le générateur de bruit « peut être atténué durant certaines périodes de fonctionnement du véhicule », sans toutefois préciser lesquelles. Enfin, la typologie du son émis et son volume sont également soumis à des normes. Il doit être « continu », « signaler clairement le comportement du véhicule » et « être semblable au son d’un véhicule équipé d’un moteur à combustion interne ». Le principe d’un bruit dont les caractéristiques évoluent avec la vitesse est ainsi retenu, tandis que le niveau sonore ne devra pas excéder celui d’une voiture thermique équivalente. Mais on peut faire confiance aux constructeurs pour rester bien en deçà de ce seuil : même sonorisée, la voiture électrique restera plus silencieuse… pour le bonheur de tous, conducteurs et passagers comme passants.

 

Copyrights :  KatarzynaBialasiewicz, OHM, Frithjof Agence : Frithjof Ohm INCL. Pretzsch

Articles les plus lus